YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


Leave a comment

Hero of History: James Naismith |Hero de l’histoire: James Naismith

 

« L’invention du basketball n’était pas un accident. Le jeu a été conçu pour combler un besoin. Ces garçons ne pouvaient tout de même pas jouer à ‘Laisse tomber le mouchoir’. » [Traduit de l’anglais] — James Naismith

Ce mois-ci, nous nous intéressons à une vedette particulière du monde sportif et de l’histoire du Canada et du YMCA. D’une façon ou d’une autre, il se peut que votre vie ait été affectée par cette personne, surtout si vous avez pratiqué ce sport ou si vous l’avez apprécié depuis les gradins.

James Naismith est né en 1861 à Almonte, Ontario. Enfant, Naismith était un athlète doué, qui excellait dans différents sports y compris le football et la gymnastique. En 1883, il obtint un Baccalauréat ès arts en Éducation physique de l’Université McGill. Durant cette période, il fit partie d’équipes « Varsity » pour plusieurs sports. En 1891, il obtint un poste au YMCA de Springfield à Springfield, Illinois, où il intégra l’équipe de football et où il fut reconnu comme l’instaurateur du casque de football. Cependant, ceci fut éclipsé par une autre de ses inventions…

À l’hiver de 1891, on confie à Naismith la création d’un nouveau jeu qui serait pratiqué à l’intérieur permettant d’échapper aux intempéries hivernales. Sans le savoir, il conçut, en très peu de temps, un jeu qui touchera le cœur et l’esprit de millions d’amateurs sportifs à travers le monde : le basketball.

Toutefois, si vous compariez le basketball d’autre fois à celui d’aujourd’hui, vous vous apercevriez que les deux n’ont pas beaucoup en commun. Des paniers de pêche étaient utilisés comme filets, et au lieu de cinq personnes, il y avait neuf personnes dans une équipe. Cependant, l’objectif était le même; lancer le ballon dans le filet. Le jeu est devenu si populaire qu’en 1929, le premier brevet fut consacré pour devenir ce que l’on nomme aujourd’hui : le basketball.

En 1893, Naismith commença à promouvoir le basketball au niveau international. Son travail acharné fut récompensé puisqu’en 1936, le basketball devint un sport officiel des Olympiques d’été, et en 1939, le premier tournoi ‘March Madness’, un tournoi annuel collégial de basketball, eu lieu. Aujourd’hui, ces deux tournois continuent de susciter un intérêt ainsi qu’une participation internationale.

James Naismith est un héro de l’histoire à cause de l’impact qu’il a eu sur le monde sportif. À ce jour, le basketball est joué dans plus de 200 pays, et il se place au deuxième rang, juste derrière le soccer, car quelques étudiants ne pouvaient endurer un peu de temps froid!

 

 

The invention of basketball was not an accident. It was developed to meet a need. Those boys simply would not play ‘Drop the Handkerchief’.”–James Naismith

This month we take a look at a rockstar of the sports world and of Canadian and YMCA history. It’s likely that your life has been affected by him in some way, whether you’ve played his sport or enjoyed it from the stands.

James Naismith was born in 1861 in Almonte, Ontario. As a child, Naismith was a gifted athlete, excelling in a variety of sports including football and gymnastics. In 1883 he earned a BA in Physical Education from McGill University. While there he competed as a varsity athlete in multiple sports. By 1891, he had secured a position at the Springfield YMCA in Springfield, Illinois where he joined the football team and is credited with inventing the football helmet during his time there. However, this was overshadowed by another famous invention of his….

In the winter of 1891, Naismith was tasked with creating a new game that could be played indoors as an escape from the harsh winter weather. Little did he know that the game he created would captivate the minds and hearts of millions of sports fans around the world in such a short amount of time: basketball.

If you were to compare it to today’s version, you wouldn’t find much in common. Peach baskets served as nets, and rather than five on a team, there were nine. However, the objective was the same; get the ball into the basket. The game became so popular that by 1929, the first patent was granted for what we now know as the basketball.

In 1893, Naismith began promoting basketball internationally. His hard work paid off as in 1936, basketball became an official sport of the Summer Olympics, and in 1939, the first ‘March Madness’, the annual collegiate basketball tournament, took place—both tournaments continue to draw international interest and participation today.

James Naismith is a hero of history because of the impact he has had on the sporting world. Today, basketball is played in over 200 countries, and is second only to soccer in popularity – all because a few students couldn’t handle a little cold weather.


Leave a comment

Communautés sous la loupe: YMCA Montréal et Community Network Corner Brook/YMCA Bay of Islands

 

En printemps 2014, deux groupes de jeunes de Montréal, Québec et Corner Brook, Terre-Neuve ont découvert le Canada d’une manière qu’ils n’auraient jamais cru possible, grâce au programme Échanges Jeunesse Canada. Nous avons parlé avec l’animatrice du groupe de Montréal  (et coordonnatrice du programme Alternative Suspension) Valérie Dagenais de la façon dont son groupe a eu l’expérience d’une vie.

 

 

 

Échanges Jeunesse Canada: Comment avez-vous impliqué dans le programme et lancé le processus de rendre les jeunes ensemble?

 

Valérie: Nous avons recruté des élèves qui étaient disponibles lors de la date proposée (avril 2014). Beaucoup étaient heureux d’entendre que le voyage était à Terre-Neuve, mais ils étaient un peu hésitants à s’engager dans le processus lorsque le découvert que le voyage serait en fait un voyage d’échange et que certains engagements financiers / levée de fonds serait impliqué, y compris l’obligation de participer à des projets bénévoles et communautaires. En total, nous avons eu 12 jeunes qui ont participé à l’échange, composé de personnes provenant de divers programmes du YMCA de Montréal (Alternative Suspension, Passeport, etc.). Nous avons eu plusieurs réunions pour planifier à l’échange et aussi pour déterminer comment nous allions pour amasser des fonds. Il y avait plusieurs activités de collecte de fonds que les jeunes ont décidé de faire ensemble, comme la vente de pâtisseries (ils ont fait les pâtisseries leur même dans la cuisine du YMCA du Parc), et un tirage 50/50. Toutes les activités récoltées des fonds pour couvrir le coût des activités de groupe lors de notre partie d’hébergement de l’échange.

 

EJC: Est-ce que les jeunes ont entre en contact avec leurs jumeaux avant l’échange?

 

V: Oui. Ils avaient quelques conversations sur Skype, où ils ont demandé mutuellement des questions pour en savoir plus sur l’endroit où ils allaient, comme “y a-t-il des magasins à Corner Brook?” et “quel est le temps là-bas?”. Ils ont également utilisé Facebook et e-mail pour se connecter et discuter avant et après l’échange.

 

EJC: Est-ce qu’il y avait des chocs culturels vécus par les étudiants?

 

V: Certainement. Nous sommes allés au match des Alouettes de Montréal (une équipe de football dans la Ligue canadienne du football) avec nos jumeaux, et ils étaient tout à fait dépassés et impressionné par l’embardée sur des personnes et l’ambiance du stade – ce n’était rien comme jamais vu. Pour vous donner une comparaison: le stade peut accueillir 20,000 personnes. La population totale de Corner Brook est de 10,000 personnes. Des petites choses comme prendre le métro / transport en commun autour de Montréal était une nouvelle expérience pour eux aussi.

 

Quant à nos propres étudiants, la plupart d’entre eux avaient seulement entendu parler de Terre-Neuve de l’école et avait vu quelques photos; ils ont été surpris qu’un tel endroit différent de ce qu’ils savent peut exister au sein d’un même pays. Au début, ils se sont plaints que «il n’y a rien à faire!” ou “il y a tellement de bébés!”, mais finalement, ils ont appris d’apprécier le rythme ralenti de la vie et de l’environnement naturel très agréable. Ils étaient même émerveillés par le fait que de parfaits inconnus leur a dit bonjour. Je pense aussi que l’aspect de sortir de la grande ville était un facteur important pour certains jeunes, car ils n’ont pas toujours la possibilité de le faire. Ils ont rendu compte que Corner Brook est très différent de Montréal, c’est un bel endroit pour vivre, et les jeunes qui y vivent sont comme eux; ils éprouvent un grand nombre des mêmes situations et sentiments.

 

EJC: Est-ce que les jeunes apprennent quelque chose de nouveau à propos du Canada?

 

V: Bien sûr! La plupart des élèves des deux groupes ont été immergés dans un environnement complètement anglophone ou francophone pour la première fois, donc il y avait vraiment un échange linguistique dans leurs interactions. Pour les étudiants de Montréal, voir la province de Terre-Neuve – et l’océan Atlantique – pour la première fois était une leçon de géographie en direct pour eux, d’autant plus que nous avons tous réalisé que Terre-Neuve est très loin du Québec (2 avions pour y arriver!). Nous avons également eu quelques expériences culturelles, comme le fameux “kitchen party”, où la musique traditionnelle est jouée et ceux qui sont assez courageux “donne une bise à la morue”.

 

EJC: Quels types de projets de service communautaire vous avez fait pendant votre échange?

 

V: Nous avons participé à quelques projets au cours des deux parties de l’échange à Montréal et à Corner Brook. À Montréal, nous avons travaillé dans un centre communautaire aidant à trier des livres et des articles de friperie pour ceux qui en a besoin. À Corner Brook, nous avons aidé à nettoyer une randonnée dans la nature et piste cyclable locale, et nous avons fait une peinture murale dans la salle commune des jeunes dans un institut psychiatrique local. Tous ont apprécié le travail que nous avons fait, et trouvé des moyens de s’amuser tout en le faisant.

 

EJC: Recommanderiez-vous ce programme à d’autres?

 

V: Oui! Pour les jeunes, c’est une façon de voir comment les autres jeunes au Canada peuvent vivre de différentes façons, mais partager les mêmes expériences. Ils sont les témoins des styles différents de communautés, ils interagissent avec des gens de différents horizons, et aussi ont la chance à voir les régions différentes du Canada qu’ils autrement jamais voir.

 


Leave a comment

Communities in Focus: YMCA Montréal and Community Youth Network Corner Brook/YMCA Bay of Islands

In spring 2014, two youth groups from Montreal, Quebec and Corner Brook, Newfoundland discovered Canada in ways they never thought possible through the Youth Exchange Canada Program. We sat down with YMCA Montreal group leader (and YMCA Alternative Suspension Program coordinator) Valérie Dagenais to talk about how her group had the experience of a lifetime.

 

YMCA Exchanges: How did you get involved with the program and get the process started in terms of getting youth together?

Valerie: We recruited students who were available during the proposed date (April 2014). Many were excited to hear that the trip was to Newfoundland, but were a little hesitant to commit to the process when the found out that the trip would actually be an exchange trip and that some financial commitment/fundraising would be involved, including the obligation to participate in volunteer and community projects.  In total, we had 12 youth who participated in the exchange from Montreal, made up of individuals from various YMCA Montreal programs (Alternate Suspension, Passeport, YIP)  We had several meetings to plan out the exchange and also to figure out how we were going to raise money.  There were several fundraising activities that the youth decided to do themselves, such as bake sales (the kids baked treats to sell using the kitchen at YMCA du Parc), and a 50/50 draw. All of the activities raised money towards the cost of group outings during our hosting part of the exchange.

YMCA Exchanges: Did the youth make contact before the exchange started?

V: Yes. They had a couple of Skype conversations, where they asked each other questions to find out more about where they were going, like “are there stores in Corner Brook?” and “what’s the weather like there?”. They also used Facebook and email to connect and talk before and after the exchange.

YMCA Exchanges: Were there any cultural shocks experienced by the students?

V: Definitely.  We went to a Montreal Alouettes (CFL) game with our twins, and they were quite overwhelmed and impressed at the sheer about of people and the atmosphere of the stadium–it was nothing like they had ever seen before. To give you a comparison: the stadium seats 20,000 people. The total population of Corner Brook is 10,000 people. Little things like taking the subway/public transit around Montreal was a new experience for them as well.

As for our own students, most of them had only heard of Newfoundland from school and had seen a few pictures; they were surprised that such a different place from what they know could exist within the same country. At first, they complained that “there’s nothing to do!” or “there’s so many babies!”, but eventually they learned to appreciate the slowed down pace of life, and the very pleasant natural environment. They even marveled at the fact that complete strangers would say hello as they walked by.  I also think that the aspect of getting out of the big city was a big factor for some of the youth since they don’t always have the opportunity to do that.  They realized that though Corner Brook is very different from Montreal, it’s a beautiful place to live in, and young people who live there are just like them; they experience many of the same situations and feelings.

YMCA Exchanges: Did the youth learn anything new about Canada? 

V: For sure! Most of the students in both groups were immersed in an English-only or French-only speaking environment for the first time in their lives, so there was definitely a language exchange happening as they interacted. For the Montreal students seeing Newfoundland–and the Atlantic Ocean–for the first time was a live geography lesson for them, especially since we all realized just how FAR Newfoundland is from Quebec (we took two planes to get there). We also had some great cultural experiences, like the famous traditional Kitchen Party, where traditional music is played and those who are brave enough “kiss the cod”.

YMCA Exchanges: What types of community service projects did you do during your exchange?

V: We did a few projects during both parts of the exchange in Montreal and Corner Brook. In Montreal, we worked in a community centre helping to sort books and second-hand clothing for those in need.  In Corner Brook, we helped to clean up a local nature hike and bike trail, and we painted a colourful mural in the youth ward of a local psychiatric institute. Everyone enjoyed the work we did, and found way to have fun while doing it.

YMCA Exchanges: Would you recommend this program to others? 

Yes! For youth, it’s a way to see how other young people in Canada can live in different ways, yet share the same experiences. They witness different styles of communities, interact with people from different walks of life and also get to see parts of Canada they never would have otherwise.

 


Leave a comment

My SWSE Summer Experience: Yiwei|Mon expérience EEEE: Yiwei

Many of you have shared your experiences with us (keep them coming!), and just this week, we got a short and sweet testimony from Yiwei, who travelled across the country from Edmonton, Alberta to Gatineau, Quebec with SWSE this summer and had the experience of a lifetime. | Plusieurs des participants one déjà partage leurs mémoires avec nous (continuez, SVP!); cette semaine, nous avons reçu deux petits histoires de Yiwei Chen, qui a voyage à travers le Canada de Edmonton, AB à Gatineau, QC avec l’EEEE cet été et a eu l’expérience d’une vie.

 

 

Though so much has happened during my time with SWSE this summer, there are certain events that will be forever rooted in my memory. I’d like to share two of my personal stories with you.

1. Along with the awesome experiences I’ve had and life-long friendships I’ve made, I’ve also changed for the better. For example, I hated camping since….I cannot even remember since when. However, since this summer, I learned to slow down my pace, put down my busy school work, and enjoy what nature offers to us.  I opened my heart and immersed myself in the great outdoors and the sunshine!

2. August 9th, 2014. Saying goodbye to my host family in Gatineau, QC. For a moment, time just stopped…

It was a complex feeling, like a cruet, ups and downs, all in one. As my host mother quietly wept, she gently patted me on the back and said, “One day, we will meet again.” I couldn’t resist recollecting those happy days of summer 2014, as tears streamed down my face.

Thank you YMCA SWSE for such an amazing summer! And yes, we will meet again!

#YMCASWSE2014

 

 

Bien que j’aie éprouvé beaucoup pendant l’été avec l’EEEE, il y a deux évènements que je voudrai partager avec vous.

1.  J’ai eu des expériences étonnants et créée des amitiés pour la vie, mais en plus, j’ai change moi-même pour la meilleure.  Par exemple, je n’ai jamais aimé le camping. Graca au programme, j’ai appris d’aller plus lentement, de ralentissez ma rythme de vie, et d’apprécier le monde naturelle.  J’ai ouvert mon cœur et passe beaucoup de temps dans la nature et sous le soleil!

 

2.  9 août 2014. Je suis en train à dire au revoir à ma famille d’accueil, et le temps s’est arrêté….

J’avais des sentiments mitigés.  J’étais heureuse, triste, tout ce qu’on peut sentir en ce moment.  Ma mère d’accueil pleurait tout tranquille; elle m’a donné des petits tapes sur le dos et m’a dit: “on va se revoir encore”.  J’ai rappelé tous les mémoires heureux de l’été passe pendant que les larmes tombaient de mes yeux.

 

Merci beaucoup, YMCA, pour un été incroyable. Bien sûr, nous nous renconterons encore un jour!


Leave a comment

My SWSE Summer Experience: Ajay’s job at the Canadian Railway Museum |Mon expérience EéÉé : Le travail d’Ajay au Musée ferroviaire canadien

Ajayswse

Ajay at the Exporail Museum, summer 2014.|Ajay au Musee ferroviaire canadien, ete 2014

 

Just a short while ago, the shortest six weeks of my life came to a close. Even though this exchange was the longest I’ve ever been away from my family, the experiences I’ve had over the past few weeks have made me enjoy close to every second of it.
My name’s Ajay and I’m a 16-year-old French immersion student from Victoria, British Columbia. This summer, as part of the YMCA Summer Work Student Exchange, I got placed at an incredible job: A “public agent” at the Exporail Museum. Exporail, also known as the Canadian Railway Museum, is a train museum located near Montreal, Quebec. With over 50,000 yearly visitors, 160 trains, and over 250,000 artifacts, it is the largest train museum in Canada. As this was my first job, the lessons I learned at the museum were extremely valuable, both to my future in employment, and to my future in general. At the museum I learned how to operate a cash register, how to operate a movie theatre, and I also did a lot of site surveillance. I learned how to answer questions for people, and how to deal with discontent visitors, but, above all, this opportunity greatly improved my French. After just one week in Quebec, due to the fact that I was conversing in French with virtually everyone I interacted with, I became very comfortable in the French language, and began to correct grammatical errors I’ve been making for years. I even started having dreams in French!

I benefited greatly from this job, and the total immersion opportunity it provided me with. I learned so much during my time at Exporail, and I can’t believe it’s already over – part of me wants to stay behind and continue working for the museum. As for my fellow staff at Exporail, they were all hard-working and helpful people, and whenever I needed help or was confused, as I often was in my first few days, they never hesitated to help me. The museum also had a big sense of community between it’s staff, and, when the weather was nice, we’d all eat lunches together outside. Many of the employees were also each other’s best friends. The supervisors were all excellent as well, and I feel like I was working in a very relaxed – yet at the same time professional – environment.

Thanks so much to the YMCA and to Exporail for providing me with this opportunity; I honestly couldn’t have asked for a better job. I only wish I could have stayed a little longer.

 

 

Il a très peu de temps, les six semaines les plus courtes de ma vie se sont terminées. Même si l’échange constituait le moment où j’avais passé le plus de temps loin de ma famille, les expériences que j’ai vécues pendant les dernières semaines m’en ont fait apprécier presque chaque seconde.
Je m’appelle Ajay, j’ai 16 ans et je suis un étudiant en immersion française de Victoria, en Colombie-Britannique. Cet été, dans le cadre du programme Emplois d’été Échanges étudiants du YMCA, j’ai occupé un poste incroyable; celui de « fonctionnaire » au musée Exporail. Celui-ci, également connu sous le nom de  Musée ferroviaire canadien, est un musée ferroviaire situé près de Montréal. Comptant plus de 50 000 visiteurs chaque année, 160 trains et plus de 250 000 artéfacts, il s’agit du plus important musée sur les trains au Canada. Comme il s’agissait de mon tout premier emploi, les leçons que j’ai apprises au musée ont été très précieuses, tant pour mon emploi futur que pour mon avenir en général. Au musée, on m’a enseigné à utiliser une caisse enregistreuse, à faire fonctionner un cinéma et j’ai également beaucoup surveillé le site. J’ai appris à répondre aux questions des gens et à gérer des visiteurs mécontents, mais cette occasion m’a surtout permis d’améliorer grandement mon français. Après seulement une semaine au Québec, je suis devenu très à l’aise avec la langue française puisque je devais converser en français avec presque tout le monde avec qui j’interagissais. En outre, j’ai commencé à corriger des erreurs grammaticales que je faisais depuis des années. J’ai même commencé à rêver en français!

J’ai grandement tiré profit de cet emploi et de l’occasion d’immersion complète qu’il m’a offerte. J’ai tellement appris pendant mon séjour au musée Exporail. Je peine à croire que c’est déjà terminé; une partie de moi souhaite y rester et continuer à travailler au musée. Pour ce qui est de mes collègues de l’Exporail, ils étaient tous très travaillants et aidants. Peu importe si j’avais besoin d’aide ou si j’étais confus, comme je l’ai été dans les premiers jours, ils n’ont jamais hésité à m’aider. Le personnel du musée avait aussi un grand sens de la communauté; quand il faisait beau dehors, nous mangions tous ensemble à l’extérieur. Bon nombre d’employés étaient aussi de meilleurs amis. Les superviseurs étaient également tous très bons. J’ai l’impression que je travaillais dans un environnement très détendu, tout en étant professionnel.

Je remercie grandement le YMCA et Exporail de m’avoir offert cette occasion. En toute honnêteté, je n’aurais pu demander un meilleur emploi. J’aurais seulement souhaité pouvoir rester plus longtemps.


Leave a comment

My SWSE Summer Experience: Amélie| Mon expérience cet été avec l’EEEE: Amélie

DSC_0550_1

Amelie’s group of students at the Canadian Museum of History in Gatineau, QC|Le groupe au Musee de l’histoire canadien a Gatineau, QC.

L’autre jour, un de mes anciens participants nous a pose cette question : «Imaginez votre vie si vous n‘aviez pas participé au programme?» Puis, moment de silence… Nous étions tous en train de penser à ceci, «comment imaginez nos vies sans EEEE? »

En tant que coordonnatrice locale, j’ai le meilleur emploi au monde grâce aux participants que j’ai eu la chance de rencontrer.  C’est ce que j’aime à propos de mon emploi.  Ce n’est pas le fait que nous avons l’occasion de voyager à travers le pays ou que tout l’été nous faisons des activités super trippantes avec notre groupe. C’est le fait que tout le monde créer des relations très serrées entre eux en seulement 6 semaines.  C’est de voir à quel point autant eux que moi avons grandi et appris beaucoup en si peu de temps. C’est de pouvoir observer l’accomplissement d’un jeune de 16-17 ans, qui à la fin de cet échange est fier d’avoir pu améliorer sa langue seconde.  Certains sont fiers d’avoir eu une première expérience de travail, d’avoir réussi à terminer les 6 six semaines du programme loin de leur maison (et ce bien malgré des défis comme une cheville cassée au milieu de l’échange!) et bien d’autres.

Bien qu’il y en ait des tonnes, le meilleur souvenir que je vais garder de mon expérience cet été, fut notre voyage en train à la fin de l’été.  Nous avons eu l’opportunité de voir la moitié du pays et quelle belle façon de terminer cette expérience unique en voyageant via ce fameux train de VIA Rail Canada.  Le Canadien a façonné l’histoire de notre pays et il continue d’en faire ainsi par les souvenirs créés à bord!  Ce fut aussi les derniers moments du programme pour avoir des fous rire, chanter à tût tête jusqu’à en faire fuir tout le monde dans le wagon-restaurant(ne vous inquiétez pas il n’y avait que des participants du programme), danser jusqu’à 23h00 et apprécier nos derniers jours ensemble avant de dire au revoir à tout le monde.  Si jamais vous avez la chance de prendre ce train, n’hésitez pas à faire le voyage à bord, c’est une expérience inoubliable.

Pour terminer, j’ai tissé des liens avec des gens extraordinaires venant de Brandon (MB), de toute la Saskatchewan, d’Edmonton (AB) et quoi dire de plus que MERCI à tout le monde que j’ai pu rencontrer dans le cadre de ce programme, mais un MERCI tout particulier à mes participants sans qui cette expérience n’aurait pas été la même.

Après tout, cela est ‘’L’expérience de votre vie’’!

 

IMG_0056

The other day, one of my participants from last year asked me this question: “Imagine your life if you never participated in the program?’’ Then, a moment of silence…and  we were all thinking about it: ‘’how could we imagine our life without SWSE?’’

As a local coordinator, I had the best job in the world because of the participants that I had the chance to meet.  This is what I like the most about my job–it´s not the fact that we have the occasion to travel around the country, or the fact that we are doing awesome activities with our groups. It´s the fact that everybody creates strong relationships between in just 6 weeks.  I can see how much we all have grown and learned so much in such a short amount of time.  It’s the fact that I have seen 16-17 year old youth being proud of themselves at the end of the exchange because they have improved their second language. Some of them felt accomplished because they had their first work experience. Others were proud of themselves for being able to be so far away from their home for 6 weeks; some faced a lot of challenges–like a broken ankle at the mid-point of the exchange!

Even if there are tons of memorable moments, the best one I will remember is our train ride at the end of the summer.  We had the opportunity to see half of the country and this is the best way to end this unique experience by taking the Canadian (VIA Rail) train.  This railway line has shaped the history of our country and it still does by the moments lived onboard!  It was these last moments of the program that we had a good laugh together, sang at the top of our lungs to scare off everyone else (don’t worry, there were only participants from the program on our car!), we danced until 11:00 pm and enjoyed our last days together before saying goodbye.  If you have the chance to take this train, don’t hesitate to do it, it’s an unforgettable experience!

To conclude, I had the privilege to meet some amazing people from Brandon, MB, from all over Saskatchewan, and Edmonton, AB.  What else can I say but THANK YOU to everybody that I’ve met through the program, but also a special THANK YOU to the participants, because without you guys, the experience would not have been the same.

After all, our slogan is ‘’Experience the journey of a lifetime’’!


Leave a comment

My Summer Bucket List Challenge, Week 7: Summer Souvenir| Ma Liste de coeur d’ete, semaine 7: un souvenir pour toujours

“Own only what you can carry with you; know language, know countries, know people. Let your memory be your travel bag.”–Alexander Solzhenitsyn

Well, it’s that time when the summer is winding down and you’re getting every last experience in. You’ve met new friends, you’re stepped WAY outside of your comfort zone, you’ve slept under the stars. You’ve eaten something new and delicious, found a home away from home….and now it’s time to get a souvenir that will forever remind you of your summer in [fill in your city/town/community here].  We want to see your summer souvenir pictures! And since this is the last challenge of the summer, it’s time to go big or go home. You’ll be going home anyway…but why not with a prize? The best pictures get featured on our social media pages (Instagram, Twitter and Facebook) and are eligible for a grand prize! Good luck! 

 

C’est le moment où l’été est presque fini et vous collectionnez chaque expérience, jusqu’a la fin. Vous avez rencontré de nouveaux amis, vous êtes sorti en dehors de votre zone de confort, vous avez dormi sous les étoiles. Vous avez mangé quelque chose nouveau et délicieux, a trouvé une second chez soi …. et maintenant, il est temps d’obtenir un souvenir pour toujours de votre été dans [remplir votre ville / village / communauté ici]. Nous voulons voir vos photos pris pendant l’été! Et puisque c’est le dernier défi de l’été, on dit “vise haut ou rentre chez toi”! Vous irez à la maison de toute façon … mais pourquoi pas avec un prix? Les meilleures photos seront présentés sur nos pages de médias sociaux (Instagram, Twitter et Facebook) et sont admissibles à un grand prix! Bonne chance!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 619 other followers