YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


Leave a comment

Hero of History: Elijah McCoy |Héro de l’histoire: Elijah McCoy

Image

Elijah McCoy.
Source: Library and Archives Canada. (www.collectionscanada.gc.ca)

As we near the end of Black History Month, where we reflect on the contributions of Black Canadians to Canadian society and beyond, this week we look at the “Real McCoy”–that is, inventor, engineer and transportation pioneer Elijah McCoy.

Born to free American slaves (who escaped to Canada via the famous Underground Railroad) in Colchester, Ontario on May 2, 1843, McCoy loved to explore and find out how things worked, taking things apart and putting them back together like a puzzle.  His parents noticed this and sent him to Scotland at 15 to receive a higher education in engineering. Armed with this knowledge, McCoy returned to the United States with a dream to be a mechanical engineer.

Despite his university education, McCoy was barred from working as an engineer due to racial barriers; as a result, he was forced to work at the Michigan Central Railroad as a fireman (the person who shoveled the coal to power the locomotive and who lubricated the moving parts during frequent stops).  However, this proved to be an opportunity in disguise, as working in this environment was the place where he saw a need in the booming transportation industry. According to Historica Canada, “he became concerned about the injuries and deaths caused when workers attempted to lubricate moving machinery. Many of these workers were young Black boys employed in the position because they were small and agile.”

After many drawings, tests and prototypes, McCoy patented the lubricator cup in 1872, which made the process of running the steam engine that powered the train much easier and less dangerous for those who fueled the trains—much like McCoy himself.  The railroad industry immediately took notice of the cup, and modified the cup, using it in naval vessels, steam engines, factories and construction sites throughout the United States and beyond.

McCoy went on to invent and patent more than 50 inventions, and also established his own company, the Elijah McCoy Manufacturing Company, in 1920. His work with the lubricator cup became so famous that manufacturers would ask for McCoy’s design above all other imitations, creating the phrase “the real McCoy” to mean authenticity and superior quality.

If you’ve ever taken a train (perhaps the VIA train on the way to your Summer Work Student Exchange!), and you’ve enjoyed the smooth but quick ride to your destination, then you’ve benefited from the “Real McCoy”—and the life and work of one of Canada’s greatest contributions to the international transportation industry.

McCoy's patent for the lubrication cup, 1872/Le brevet par McCoy pour la couvette d'egouttage, 1872. Source: Wikipedia. (http://en.wikipedia.org/wiki/Elijah_McCoy)

McCoy’s patent for the lubrication cup, 1872/Le brevet par McCoy pour la couvette d’egouttage, 1872. Source: Wikipedia. (http://en.wikipedia.org/wiki/Elijah_McCoy)

En cette fin du Mois de l’histoire des Noirs, où nous réfléchissons sur les contributions des Canadiens de race noire à la société canadienne, cette semaine nous reconnaissons les talents du  « véritable McCoy » : inventeur, ingénieur et pionnier du transport, Elijah McCoy.

Né de parents américains affranchis de l’esclavage (s’étant enfuis vers le Canada via le fameux « Chemin de fer clandestin ») à Colchester, en Ontario, le 2 mai 1843, McCoy aimait découvrir comment les choses fonctionnaient. Il aimait démonter les choses, puis les rassembler à nouveau comme un casse-tête. Ses parents ont remarqué ses talents et l’ont envoyé en Écosse à l’âge de 15 ans pour faire des études supérieures en génie. Armé de ces connaissances, McCoy est retourné aux États -Unis rêvant de devenir ingénieur mécanicien.

Malgré sa formation universitaire, McCoy ne pouvait pas travailler comme ingénieur en raison de barrières raciales : par conséquent, il a été forcé de travailler à la Michigan Central Railroad en qualité de pompier et graisseur. Toutefois, ces circonstances se sont révélées une bonne chose après tout, car son travail dans ce milieu lui a permis de constater un grand besoin dans l’industrie du transport. Selon Historica Canada,  « À cette époque, il commença à se préoccuper sérieusement des blessures et des décès qui survenaient lorsque des travailleurs tentaient de lubrifier des machines en marche. Bon nombre de ces travailleurs étaient de jeunes garçons noirs qu’on affectait à ces postes en raison de leur petite taille et de leur agilité ».

Après de nombreux dessins et prototypes, McCoy a breveté la cuvette d’égouttage en 1872, qui a permis de faciliter la mise en marche de la locomotive à vapeur, et de réduire les risques pour ceux qui ravitaillaient en carburant les trains, tout comme McCoy lui-même. L’industrie des chemins de fer a immédiatement pris note de la cuvette en la modifiant pour s’en servir avec les navires, les machines à vapeur, les usines et les chantiers de construction à l’échelle des États-Unis et du monde entier.

McCoy a conçu plus de 50 brevets d’invention et a fondé sa propre compagnie, The Elijah McCoy Manufacturing Company, en 1920. Sa conception de la cuvette d’égouttage est devenue si célèbre que les fabricants préféraient le modèle McCoy avant toute autre imitation. Et de là est né l’expression anglaise « real McCoy », un gage d’authenticité et de qualité supérieure.

Si vous avez déjà pris le train–peut-être le train VIA en route vers votre échange!—et avez apprécié un voyage rapide et en douceur, vous avez tiré avantage du « Real McCoy », ainsi que de la vie et de l’œuvre de l’une des plus grandes contributions du Canada à l’industrie du transport international.


Leave a comment

Community in focus: Langley, BC

Through the YMCA’s Youth Exchanges and Summer Work Student Exchange programs, Canadian youth have the opportunity of visiting some very cool, sometimes little known places across the country!

Today, we want to tell you a bit about Langley, BC!

The city of Langley is a lively spot which still retains its historical charm. Built on and around a number of natural resources — most notably the Nicomekl River — the city streets often come to an abrupt halt as they reach the water, continuing on the other side without a connecting bridge. One of the easiest ways to get to Langley is by taking the Fraser Highway, but this major roadway narrows down to a single-lane road in Langley’s downtown. Langley residents often nickname this stretch “The One-Way.” In the summer, Douglas Park is a main spot for fun and entertainment, and this is where the annual Arts Alive Festival takes place each August.

À travers les programmes Échanges Jeunesse Canada et Emplois d’Été Échanges Étudiants du YMCA, des centaines de jeunes canadiens ont la chance de visiter différentes communautés à travers le Canada.

Aujourd’hui, nous voulons vous parler de Langley, en Colombie Britannique!

La ville de Langley est un endroit animé, qui maintient un charme historique. La ville est entourée de verdure et de ressources naturelles, notamment la rivière Nicomelk. D’ailleurs, les rues de Langley ont tendance à terminer abruptement à la rivière, et à recommencer de l’autre côté, sans qu’il y ait un pont pour relier les deux moitiés! La meilleure façon de se rendre à Langley est de prendre l’autoroute Fraser, mais cette grande artère devient simplement une rue à double sens au centre-ville, que les résidents de Langley surnomment souvent la “One-Way”. Durant l’été, le Park Douglas est l’endroit idéal pour pratiquer un sport ou assister à un concert, et c’est où se déroule le festival Arts Alive au mois d’août.unnamed