YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.

Summer Work Student Exchange participants Melissa, Paul, Scarlett, Carrie, Edouard, and Mayika in St. John’s, Newfoundland. (Photo submitted by Melissa).


Leave a comment

Newfoundland family opens its doors to Quebec teens through YMCA Summer Work Student Exchange Program |Une famille de Terre-Neuve-et-Labrador ouvre sa maison à des adolescents du Québec participant au programme Emplois d’été Échanges étudiants du YMCA

** Le français suit

Melissa, Paul, and their two daughters Scarlett and Carrie from St. John’s, Newfoundland had a wonderful experience opening up their home for six weeks last summer to two exchange students from Quebec. As Alternate Exchange Hosts, they keep the YMCA’s Summer Work Student Exchange (SWSE) Program accessible for youth whose families are unable to host for a variety of reasons, such as health, work schedule, or language barriers. Here’s what Melissa wanted to share about her summer:

Scarlett welcoming youth from YMCA Summer Work Student Exchange Program to St. John's, Newfoundland. Photo submitted by Melissa.

In spring 2018, I heard about Alternate Exchange Hosts for the YMCA Summer Work Student Exchange Program in St. John’s. We have a spare bedroom in our house so I thought to myself, “why not?” We have a little girl named Scarlett who will be starting French Immersion in September 2019 and one day, maybe she’ll want to participate in these types of programs.

We started looking into how we could help. The thing that really sealed the deal was that we’d be giving youth in our community a chance to travel. Signing on as alternate hosts meant there would be a space available here to welcome a student on exchange from somewhere else – which meant a youth in our community would have an opportunity to explore somewhere new. It felt great knowing we were doing the right thing!

The excitement really kicked in when we went to the student and parent meeting, where we got to meet the other families and youth participating in the exchange. We also received the profiles of the youth we’d be hosting: Edouard and Mayika.

Edouard, former participant of YMCA Summer Work Student Exchange Program. Photo submitted by Melissa.

The profiles said Edouard was a star soccer player, so I got him a volunteer coaching position with our local soccer club. It was nice to be able to help him make further connections in areas he was interested in outside of his work.

Hosting Edouard and Mayika in our home during July and August was wonderful. They really became part of our family and we loved spending time with them. One of the fun little moments was taking them grocery shopping. We’d have them pick out things they liked to make their experience more familiar and welcoming.

Edouard and Mayika, former youth participants of the YMCA's Summer Work Student Exchange Program. Photo submitted by Melissa.

We also liked to tag along and participate in the weekend activities that the local coordinator had set up for the youth. It was a great opportunity to spend more time with them and include our own children as well. We went along for visits to museums, summer festivals, nature parks, and more. We also took them to our local amusement fair and to a traditional kitchen/deck party. Our girls got to make so many great memories with Edouard and Mayika.

Overall, our YMCA Summer Work Student Exchange experience was exciting and fulfilling. We made many memories together and had a wonderful summer.

Welcome a youth exchange participant into your home this summer as an Alternate Exchange Host. Apply by June 7!

This slideshow requires JavaScript.


Melissa, Paul et leurs deux filles, Scarlett et Carrie, de St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, ont vécu une expérience merveilleuse, l’été dernier, en accueillant chez eux pendant six semaines deux étudiants du Québec participant à l’échange. Grâce à ces hôtes suppléants, le programme Emplois d’été Échanges étudiants du YMCA demeure accessible pour les jeunes dont les familles ne peuvent pas être des hôtes pour diverses raisons, comme la santé, l’horaire de travail ou les obstacles de la langue. Voici ce que Melissa voulait partager au sujet de son été.

Scarlett welcoming youth from YMCA Summer Work Student Exchange Program to St. John's, Newfoundland. Photo submitted by Melissa.

Au printemps 2018, j’ai entendu parler des hôtes suppléants pour le programme Emplois d’été Échanges étudiants du YMCA à St. John’s. Comme nous avons une chambre d’amis chez nous, je me suis dit « pourquoi pas? » Nous avons une petite fille qui s’appelle Scarlett et qui va commencer à étudier en immersion en français en septembre 2019 et, un jour, elle voudra peut-être participer à ces types de programmes.

Nous avons commencé à réfléchir à l’aide que nous pourrions apporter. Ce qui nous a vraiment convaincus, c’est que nous permettrions ainsi à une jeune personne de notre collectivité de voyager. En s’inscrivant pour être des hôtes suppléants, on crée une place pour accueillir un étudiant d’ailleurs dans cet échange – ce qui permet à une jeune personne de notre collectivité de partir à la découverte d’une autre région. Cela nous a vraiment fait plaisir de savoir que nous avions pris une bonne décision!

Nous sommes vraiment devenus enthousiastes quand nous sommes allés à la réunion des étudiants et des parents où nous avons rencontré les autres familles et les jeunes participants à l’échange. Nous avons également reçu le profil des jeunes que nous accueillerions : Édouard et Mayika.

Melissa SWSE photo 8

J’ai appris dans les profils qu’Édouard était un joueur de soccer vedette et je lui ai décroché un poste d’entraîneur bénévole dans notre club de soccer local. C’était parfait pour l’aider à nouer d’autres relations dans les domaines qui l’intéressaient en dehors de son travail.

Accueillir Édouard et Mayika chez nous en juillet et en août a été merveilleux. Ils sont vraiment devenus des membres de notre famille et nous adorions passer du temps en leur compagnie. Ce qui nous amusait bien, c’était de les emmener faire les courses d’épicerie. On leur demandait de choisir les produits qu’ils aimaient pour les aider à s’acclimater en les accueillant chaleureusement.

Edouard and Mayika, former youth participants of the YMCA's Summer Work Student Exchange Program. Photo submitted by Melissa.

Nous aimions aussi leur emboîter le pas et participer aux activités de fin de semaine organisées pour les jeunes par le coordonnateur local. C’était l’occasion idéale de passer plus de temps en leur compagnie, tout en faisant également participer nos enfants à ces activités. Nous les avons suivis pour visiter des musées, des festivals d’été et des parcs naturels, entre autres. Nous les avons également emmenés à notre parc d’attractions local et à une fête de cuisine/terrasse traditionnelle. Nos filles ont tellement de merveilleux souvenirs d’Édouard et de Mayika.

En conclusion, notre expérience du programme Emplois d’été Échanges étudiants du YMCA a été passionnante et gratifiante. Ce merveilleux été passé tous ensemble nous a laissé beaucoup de bons souvenirs.

Cet été, accueillez chez vous, en tant qu’hôte suppléant, une jeune personne participant à l’échange. Inscrivez-vous le 7 juin au plus tard!

This slideshow requires JavaScript.


Leave a comment

On Youth in the Struggle and the Power of Education| Contre le racisme, pour l’éducation: la lutte des jeunes au passé, au present et au futur

segregation_protest-thumb-640xauto-3108

Protesters march against segregation in U.S. schools.| (source: Colourlines. http://colorlines.com/archives/2011/05/brown_v_board_of_education_feature.html)

By Aleks Besan

Much of the work to combat oppression such as racism and colonialism continues, and Black activists call on youth as positive agents of this change. When youth take hold of their education as a powerful tool for growth, minds can be liberated. Full representation and equality can be established.

In celebrating the Black emancipatory struggle, we can look to the monumental legal victory of Brown v. Board of Education, a landmark in ending segregation in schools with its unanimous declaration that “separate educational facilities are inherently unequal.”  The origins of this case — and the pivotal role played by Black youth in reclaiming their own right to education within this legal struggle — is less well known. Indeed, it was students who had initially led the struggle, courageously standing up for their own rights.

Sixteen year old Barbara Johns was one such student, challenging unfair authority in 1951 by literally taking over control of her school, and by taking on the collective well-being of her fellow classmates. Organizing a group to trick the principal to leave the school, she then distributed a forged note on his behalf to all of the teachers, instructing them to escort their students to an assembly. With all the students in one place, Barbara insisted that the teachers leave. Their resistance and attempts to remove her from the stage simply spurred Barbara’s supporters. The teachers were taken out of the school by some students who then returned to a full organizing meeting calling for increased funding for their under-privileged and over-looked school. Since earlier efforts by civil rights activists who had insisted on the same change did not work, Barbara Johns insisted that it was the students’ responsibility to push for change. A student strike started. The NAACP was asked to file a lawsuit for better funding. Instead, turning this into an effort to sue the school to desegregate, the NAACP launched a legal challenge. And so emerged the famous Brown v. Board of Education case. The legacy of this victory continues to stand strong.

Capturing the ethos of liberation through schooling, the renowned author Maya Angelou shares her sentiments on the transformative power of education for Black youth in her poem, “A Pledge to Rescue Our Youth” (http://blackademics.org/interview-archive/sept-06-interview-maya-angelou/).  Every student has the right to education, despite and outside of their heritage, background, and race. Youth must continue to correct for the mistakes of the past so as to claim their own better today, and an even brighter tomorrow. Black history month teaches us that age is hardly a factor in determining great accomplishments.

40314560-08110931
Par Aleks Besan

La plupart du travail contre les oppressions comme le racisme et le colonialisme continue, et les activistes noirs appellent sur ​​les jeunes comme agents positifs de ce changement. Quand les jeunes s’emparent de leur éducation comme un outil puissant pour leur développement, les esprits peuvent être libérés. La représentation complète et l’égalité peuvent être établies.

En célébrant la lutte émancipatrice noir, nous pouvons regarder à la victoire juridique monumentale de « Brown et autres contre le bureau de l’éducation», un point de repère pour mettre fin à la ségrégation dans les écoles avec sa déclaration unanime que « les établissements d’enseignement séparés sont par nature inégale ». Les origines de ce cas — et le rôle crucial joué par les jeunes Noirs de récupérer leur droit à l’éducation dans cette lutte juridique — est moins bien connu. En effet, il était des étudiants qui avaient initialement conduit la lutte courageusement la défense de leurs propres droits.

Barbara Johns, 16 ans, était une de ces étudiants qui contestent l’autorité injuste en 1951 en prenant littéralement le contrôle de son école, et en prenant sur ​​le bien- être collectif de ses camarades de classe. En organisant un groupe de tromper le principal à quitter l’école, elle a ensuite distribué un faux billet en son nom à tous les enseignants, leur demandant d’escorter leurs élèves à un ensemble. Avec tous les élèves en un seul endroit, Barbara a insisté pour que les enseignants quittent. Leur résistance et les tentatives de la retirer de la scène tout simplement incité les partisans de Barbara. Les enseignants ont été tirés de l’école par certains élèves qui ont ensuite renvoyés à une réunion d’organisation complète appelant à un financement accru pour leur sous- privilégiés et négligés école. Depuis efforts antérieurs de militants des droits civiques qui avait insisté sur le même changement ne fonctionne pas, Barbara Johns a insisté qu’il était de la responsabilité des étudiants de pousser au changement. Une grève des étudiants a commencé. La NAACP a été invité à déposer une plainte pour meilleur fonds. Au lieu de cela, en transformant comme un effort pour poursuivre l’école de déségrégation, la NAACP a lancé une contestation judiciaire—cela est la base de « Brown et autres contre le bureau of éducation. L’héritage de cette victoire continue de se montrer fort.

En capturant l’éthique de la libération par la scolarisation, le célèbre auteur Maya Angelou a partage ses sentiments sur le pouvoir de transformation de l’éducation pour les jeunes noirs dans son poème, « A Pledge to Rescue Our Youth » (http://blackademics.org/interview-archive/sept-06-interview-maya-angelou/). Chaque élève a le droit à l’éducation, malgré et à l’extérieur de leur patrimoine, et leur race. Les jeunes doivent continuer à corriger les erreurs du passé afin de réclamer leur propre aujourd’hui, et un avenir encore plus brillant. Le mois de l’histoire des noirs nous enseigne que l’âge n’est guère un facteur dans la détermination de grandes réalisations.