YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


Leave a comment

Communities in Focus: Africville | Une communauté sous la loupe: Africville

NSARM200715071

Young people pick blueberries in Africville, 1965 | Des jeunes cueillent des bleuets a Africville, 1965. Source: Bob Brooks, “Gone but Never Forgotten: Bob Brook’s Photographic Portrait of Africville in the 1960s”. http://www.novascotia.ca/nsarm/virtual/africville/archives.asp?ID=29

Quebec City. St. John’s. Sherbrooke. York. Halifax. Africville.

What do these cities and towns have in common?

All of these cities are Canadian cities that were established during Canada’s growth, some as early as the beginning of the 17th century. One of them, however, is no longer in existence. If you guessed Africville, you’re right.

What was Africville, and why does it matter to Canadians?

5614d795b040f6fb2693d300a16ebd19

Map of Africville|Carte d’Africville, circa 1800.

Africville was a community of former slaves (Black Loyalists) who settled near the Bedford Basin in Halifax after the War of 1812, when some 2000 American slaves sailed to Nova Scotia on naval and chartered ships.  Though they were not the first settlers of the area, they integrated with the indigenous peoples and escaped slaves to create a close-knit community known at the time as the Campbell Road Settlement. The name “Africville” was only used from the 1900s onwards, and that the name referred to all of the people of colour who lived in the area, rather than only the Black residents.

Though the community had been established for quite some time and was self-sufficient, it was consistently mistreated by the city of Halifax.  Because of racism, many residents in the area were living in poverty (though many were working as domestic servants or seamen), and the city did not provide proper roads, health services or electricity.  The city had also placed its least desirable buildings and sites around Africville—including the city’s garbage dump.  Despite this, the community ensured that life went on as normal as possible. The Seaview African United Baptist Church was the hub of social activity in Africville; weddings, funerals, Sunday picnics in the summer, and youth organizations would all gather there. Other black communities in Halifax would often choose Africville as their preferred place to get together.

800px-AfricvilleChurchNovaScotiaCanada

Africville Church, a replica of the original Seaview Baptist Church, built as part of the Africville Apology in 2010. | L’eglise d’Africville, une replique de l’eglise baptiste de Seaview, construit grace a l’Excuse d’Africville. Source: Wikipedia.

In the 1960s, the expanding City of Halifax wanted to move Africville residents to city housing as the area had been recently designated a slum (despite the government’s own role in making it so).  Through a series of deliberations and resolutions (without consulting Africville’s residents, some of whom owned property), the City decided in 1964 that Africville was to be demolished and its residents moved to housing provided by the city.    Relocation took place between 1964 and 1967, with the city using its dump trucks to transport Africville residents to their new homes—an image that many residents never forgot as it solidified the way they were seen in Halifax. The last house was demolished in 1970.

Today, Seaview Park, and a part of the McKay bridge are present in the Africville area today; it was declared a National Historic Site in 2002.  The city of Halifax issued the Africville Apology in February 2010 (at a ceremony held at the Gottingen Street YMCA) to those who were evicted from the area.

Africville matters to Canadians because it is a part of Canada’s story.  Though Africville may no longer be a community of houses, a school and a church, it has been the priority of Africville’s descendants to keep its memory in the communities of all Canadians.

NSARM200715100

Québec, Saint-Jean (T.-N.), Sherbrooke, York, Halifax, Africville.

Qu’est-ce que ces villes ont en commun ?

Toutes ces villes sont des villes canadiennes qui ont été établies au cours de l’histoire du Canada, certaines remontant même au début du 17e siècle. L’une d’elles, cependant, n’existe plus. Si vous avez deviné Africville, vous avez raison.

Où Africville était-elle située et pourquoi est-elle importante aux yeux des Canadiens?

Africville était une communauté d’anciens esclaves (loyalistes noirs) qui s’était installée près du bassin de Bedford, à Halifax, après la guerre de 1812, alors que 2 000 esclaves américains ont mis le cap vers la Nouvelle-Écosse sur des navires militaires et affrétés. Bien qu’ils ne fussent pas les premiers colons de la région, ils se sont intégrés aux peuples autochtones et aux esclaves en fuite en vue de créer une communauté très unie, connue à l’époque sous le nom de «Campbell Road Settlement». Le nom « Africville » a été utilisé à partir des années 1900, ce nom faisant référence à tous les gens de couleur qui vivaient dans la région, plutôt qu’à seulement les résidents de race noire.

NSARM200715066Même si cette communauté avait été établie il y a fort longtemps et était auto-suffisante, elle a été constamment maltraitée par les autorités municipales de Halifax. En raison du racisme, de nombreux habitants de la région vivaient dans la pauvreté (bien que beaucoup travaillaient comme domestiques ou marins), et la Ville ne leur donnait pas accès à des routes convenables, à des services de santé ou à l’électricité. La Ville a également aménagé ses bâtiments et sites indésirables autour d’Africville – y compris son dépotoir municipal. Malgré tout, la communauté s’est assurée que les gens puissent vivre une vie aussi normale que possible. L’église baptiste unie africaine de Seaview était la plaque tournante de l’activité sociale à Africville, où s’entremêlaient mariages, obsèques, pique-niques du dimanche pendant l’été et rassemblements d’organismes jeunesse. D’autres communautés noires de Halifax optaient souvent pour Africville à titre d’endroit de prédilection pour se réunir.

Dans les années 60, les autorités municipales de Halifax ont voulu déplacer les résidents d’Africville vers des logements municipaux étant donné que le secteur avait récemment été désigné comme un quartier défavorisé (bien qu’elles aient joué un rôle important dans cette désignation). Après de nombreuses délibérations et résolutions (sans consulter les habitants d’Africville, dont certains propriétaires), la Ville a décidé en 1964 qu’Africville devait être démolie et ses résidents déplacés vers des logements fournis par la Ville. La relocalisation a eu lieu entre 1964 et 1967, la Ville utilisant ses camions à benne pour transporter les résidents d’Africville à leurs nouveaux logements – une image que bon nombre de ceux-ci n’ont jamais oubliée, car elle a consolidé la façon dont ils étaient perçus à Halifax. La dernière maison a été démolie en 1970.

450px-Africville_and_bridgeAujourd’hui, le parc Seaview et une partie du pont McKay sont érigés sur le territoire qu’occupait jadis Africville. Cet endroit a été déclaré site historique national en 2002. La ville de Halifax s’est excusée auprès des personnes qui ont été évincées d’Africville en février 2010 (lors d’une cérémonie qui s’est tenue au YMCA de la rue Gottingen).

Africville est importante aux yeux des Canadiens parce qu’elle constitue une partie de l’histoire du Canada. Bien Africville ne soit plus une communauté concrète dotée de maisons, d’une école et d’une église, il est essentiel que les descendants de ses habitants fassent en sorte qu’elle demeure dans la mémoire dans toutes les communautés canadiennes.


Leave a comment

Hero of History: Elijah McCoy |Héro de l’histoire: Elijah McCoy

Image

Elijah McCoy.
Source: Library and Archives Canada. (www.collectionscanada.gc.ca)

As we near the end of Black History Month, where we reflect on the contributions of Black Canadians to Canadian society and beyond, this week we look at the “Real McCoy”–that is, inventor, engineer and transportation pioneer Elijah McCoy.

Born to free American slaves (who escaped to Canada via the famous Underground Railroad) in Colchester, Ontario on May 2, 1843, McCoy loved to explore and find out how things worked, taking things apart and putting them back together like a puzzle.  His parents noticed this and sent him to Scotland at 15 to receive a higher education in engineering. Armed with this knowledge, McCoy returned to the United States with a dream to be a mechanical engineer.

Despite his university education, McCoy was barred from working as an engineer due to racial barriers; as a result, he was forced to work at the Michigan Central Railroad as a fireman (the person who shoveled the coal to power the locomotive and who lubricated the moving parts during frequent stops).  However, this proved to be an opportunity in disguise, as working in this environment was the place where he saw a need in the booming transportation industry. According to Historica Canada, “he became concerned about the injuries and deaths caused when workers attempted to lubricate moving machinery. Many of these workers were young Black boys employed in the position because they were small and agile.”

After many drawings, tests and prototypes, McCoy patented the lubricator cup in 1872, which made the process of running the steam engine that powered the train much easier and less dangerous for those who fueled the trains—much like McCoy himself.  The railroad industry immediately took notice of the cup, and modified the cup, using it in naval vessels, steam engines, factories and construction sites throughout the United States and beyond.

McCoy went on to invent and patent more than 50 inventions, and also established his own company, the Elijah McCoy Manufacturing Company, in 1920. His work with the lubricator cup became so famous that manufacturers would ask for McCoy’s design above all other imitations, creating the phrase “the real McCoy” to mean authenticity and superior quality.

If you’ve ever taken a train (perhaps the VIA train on the way to your Summer Work Student Exchange!), and you’ve enjoyed the smooth but quick ride to your destination, then you’ve benefited from the “Real McCoy”—and the life and work of one of Canada’s greatest contributions to the international transportation industry.

McCoy's patent for the lubrication cup, 1872/Le brevet par McCoy pour la couvette d'egouttage, 1872. Source: Wikipedia. (http://en.wikipedia.org/wiki/Elijah_McCoy)

McCoy’s patent for the lubrication cup, 1872/Le brevet par McCoy pour la couvette d’egouttage, 1872. Source: Wikipedia. (http://en.wikipedia.org/wiki/Elijah_McCoy)

En cette fin du Mois de l’histoire des Noirs, où nous réfléchissons sur les contributions des Canadiens de race noire à la société canadienne, cette semaine nous reconnaissons les talents du  « véritable McCoy » : inventeur, ingénieur et pionnier du transport, Elijah McCoy.

Né de parents américains affranchis de l’esclavage (s’étant enfuis vers le Canada via le fameux « Chemin de fer clandestin ») à Colchester, en Ontario, le 2 mai 1843, McCoy aimait découvrir comment les choses fonctionnaient. Il aimait démonter les choses, puis les rassembler à nouveau comme un casse-tête. Ses parents ont remarqué ses talents et l’ont envoyé en Écosse à l’âge de 15 ans pour faire des études supérieures en génie. Armé de ces connaissances, McCoy est retourné aux États -Unis rêvant de devenir ingénieur mécanicien.

Malgré sa formation universitaire, McCoy ne pouvait pas travailler comme ingénieur en raison de barrières raciales : par conséquent, il a été forcé de travailler à la Michigan Central Railroad en qualité de pompier et graisseur. Toutefois, ces circonstances se sont révélées une bonne chose après tout, car son travail dans ce milieu lui a permis de constater un grand besoin dans l’industrie du transport. Selon Historica Canada,  « À cette époque, il commença à se préoccuper sérieusement des blessures et des décès qui survenaient lorsque des travailleurs tentaient de lubrifier des machines en marche. Bon nombre de ces travailleurs étaient de jeunes garçons noirs qu’on affectait à ces postes en raison de leur petite taille et de leur agilité ».

Après de nombreux dessins et prototypes, McCoy a breveté la cuvette d’égouttage en 1872, qui a permis de faciliter la mise en marche de la locomotive à vapeur, et de réduire les risques pour ceux qui ravitaillaient en carburant les trains, tout comme McCoy lui-même. L’industrie des chemins de fer a immédiatement pris note de la cuvette en la modifiant pour s’en servir avec les navires, les machines à vapeur, les usines et les chantiers de construction à l’échelle des États-Unis et du monde entier.

McCoy a conçu plus de 50 brevets d’invention et a fondé sa propre compagnie, The Elijah McCoy Manufacturing Company, en 1920. Sa conception de la cuvette d’égouttage est devenue si célèbre que les fabricants préféraient le modèle McCoy avant toute autre imitation. Et de là est né l’expression anglaise « real McCoy », un gage d’authenticité et de qualité supérieure.

Si vous avez déjà pris le train–peut-être le train VIA en route vers votre échange!—et avez apprécié un voyage rapide et en douceur, vous avez tiré avantage du « Real McCoy », ainsi que de la vie et de l’œuvre de l’une des plus grandes contributions du Canada à l’industrie du transport international.