YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


1 Comment

Communities in Focus: Haida Gwaii (British Columbia) // Communautés sous la loupe: Haida Gwaii (Colombie-Britannique)

YEC - Haida Gwaii Day 1 Arms open

Le français suit

Strength lies in differences, not in similarities – Stephen Covey

Two very different communities joining together, learning about each other and working together is the beauty of the Youth Exchanges Canada program. That’s what happened when a group of YMCA Academy students from urban city of Toronto traveled to Haida Gwaii, British Columbia for five days in late May 2017. There they were welcomed by their hosts from the Living and Learning School in Haida Gwaii.

Off the northwest coast of British Columbia, you will find Haida Gwaii, a remote group of islands not known to many. Haida Gwaii has a culture that breeds from its rich history, the variety of flora and fauna, and the land and sea that the people live off of and live to protect.   

Our YEC students learned all about Haida history at the Haida Heritage Centre. Throughout the five days they participated in different land and sea activities. Many of these activities they wouldn’t get the chance to do back home in Toronto. The cultural differences made for an unforgettable exchange.

For a personal outlook on this exchange check out what the students wrote in their blog here!

See below for a quick summary of the five days in Haida Gwaii.

___

La force ne réside pas dans les similitudes mais dans les différences – Stephen Covey

Deux communautés vraiment différentes se réunissent, apprennent à propos d’un et l’autre et travaillent ensemble. C’est la beauté du programme Échanges jeunesse Canada. C’est ce qui s’est passé lorsqu’un groupe d’étudiants de YMCA Academy de la ville urbaine de Toronto ont voyagé à Haida Gwaii, Colombie-Britannique pour cinq jours en mai 2017. Là, ils étaient accueillis par les étudiants du Living and Learning School en Haida Gwaii.

Du la côte nord-ouest de la Colombie-Britannique, vous trouverez Haida Gwaii, un groupe d’îles isolées, inconnu à plusieurs. Haida Gwaii possède une culture qui se reproduit de son histoire riche, de la variété de faune et flore, et de  la terre et la mer que les habitants vivent de et vivent pour protéger.

Nos étudiants de ÉJC ont appris à propos de l’histoire de Haida au Haida Heritage Centre. A travers les cinq jours, ils ont participé dans différentes activités de la terre et de la mer. La plupart de ces activités, ils n’auraient pas la chance de le faire a la maison en Toronto. Les différences culturelles aidaient à créer une échange inoubliable.

Pour une vue personnelle de cette échange, voyez ce que les étudiants de YMCA Academy ont écrit sur leurs blog ici!

Voici une sommaire des cinq jours a Haida Gwaii ci-dessous:

___

YEC - Haida Gwaii Day 1 Learning at Heritage Center

Day 1

“We learned about the poles of the different Haida clans. We also learned about the history of the Haida people during the time of European invasions.” – YMCA Academy

Jour 1

“Nous avons appris à propos des totems des clans Haida différents. Nous avons appris aussi à propos de l’histoire du peuple Haida pendant le temps des invasions européens.”

Day 2

Learning to live off the land at Haida village Ts’aahi

“After lunch, our guide said “tide’s out, time to eat” and he went scavenging in the ocean. He showed us what was edible and some of us tried a few sea creatures.” – YMCA Academy

Jour 2

Apprenant comment vivre de la terre au village Haida de Ts’aahi.

“Après le déjeuner, notre guide a dit « la marée s’approche, c’est le temps de manger » et il est allé fouiller dans l’océan. Il nous a montré ce qui était mangeable et quelqu’uns entre nous ont essayé des créatures de mer.”

 

 

Day 3 

“The canoe was made out of fiberglass and was paddled to the Vancouver 2010 Winter Olympics. The first task was to roll the canoe into the ocean. It took all of us to lift the 1500 lb canoe (it was heavy because there was water that had seeped between the two layers of fiberglass) and get it down to the water.” – YMCA Academy

Jour 3

“Le canoë était fabriqué de fibre de verre et était pagayé aux Olympiques de Vancouver 2010. La première tâche était de rouler le canoë dans l’océan. Cela a pris tout le monde pour lever le canoë de 1500 lbs (c’était lourd parce qu’il y avait de l’eau qui avait coulé entre les couches de fibre de verre) et pour l’apporter vers l’eau.” 

 

YEC - Haida Gwaii Day 4 On the rocks

Day 4

“After settling into the lodge we went on a hike up Tow Hill. The hike was not too long, it took about 45 mins.”  – YMCA Academy

Jour 4 

Après s’installer dans notre chalet nous sommes allés faire une randonnée à pied au Tow Hill. Cela n’a pas pris long, environ 45 minutes.”

 

Day 5

“We were surprised when Denise and her students presented us with the war canoe paddle that we had worked on earlier in the week and was now painted and signed by our friends. We had an amazing time doing the traditional Haida dances with the beautiful view of the ocean behind us.” – YMCA Academy 

Jour 5

“Nous étions surpris quand Denise et ses étudiants nous ont présenté la pagaie du canoë de guerre sur laquelle nous avons travaillé plus tôt cette semaine et c’était maintenant peinturée et signée par nos amis. Nous avons eu un temps incroyable en faisant la danse traditionnelle de Haida avec la belle vue de l’océan derrière.”

YEC - Haida Gwaii Day 5 paddle


Leave a comment

Communities in Focus: 10 things to know about Whitehorse, YK | Communautés sous la loupe: 10 choses à savoir sur Whitehorse, YK

YQ_Start_Whitehorse_2005_0002

We’ve been to many places in this big, beautiful country, from Victoria, British Columbia, to Corner Brook, Newfoundland; we’ve had the chance to experience the cultures, traditions, languages and food that the many communities of Canada have to offer. The North is probably one of the farthest regions we’ve visited— getting there can take up to two days and several plane rides, but some of our groups have had the privilege of travelling to the Great White North and discovered that there is more to the region than just cold and snow (FYI- this is the usual mental picture that most Canadians have when they think of the North :-)).

One of our favourite destinations is Whitehorse, Yukon— the so-called capital of the North. Here are a few interesting things we’ve found about this cool (pun intended :-P) town— maybe one day you’ll get to see it for yourself!

  1. Whitehorse was named after the White Horse Rapids (near Miles Canyon), whose fast-moving currents created crests that resembled the mane of a white horse.
  1. Whitehorse began as a transportation hub during the famous Klondike Gold Rush of 1898.
  1. You can breathe easy in Whitehorse, as it’s environmentally friendly; it’s the city with the lowest amounts of air pollution in the world!
  2. Snow is usually in the weather forecast every month of the year, except July.
  1. Whitehorse has a steady stream of cultural and music festivals. One of them is the Frostbite Music Festival, which takes place every February, and another one is the Adaka Cultural Festival, which brings First Nations artists from across the Yukon to celebrate creativity; this festival takes place every June.
  1. If you love the outdoors, Whitehorse is your town! It has over 700 kilometres of mountain bike trails and 85 km of cross-country skiing trails, all within city limits.
  1. Whitehorse isn’t as cold as you might think: because of its location in the Whitehorse valley, the climate in the city isn’t as cold as it is in other northern cities, like Yellowknife. In January, the average temperature in Whitehorse is -15 C, but it is -25 C in Yellowknife.
  1. Whitehorse is the host of two major long-term races in the North. In the summer, the Yukon 1000 canoe race starts in Whitehorse and ends 1000 miles and 7-12 days later at the Dalton Highway; most people paddle for about 18 hours a day! In the winter, the Yukon Quest dog sled race starts in Whitehorse and ends 10-16 days later in Fairbanks, Alaska.
  1. The largest weathervane in the world is in Whitehorse. It’s a decommissioned DC-3 that sits atop a swivel stand at the airport.
  1. English is spoken by 84.3% of the population; 4.6% speak French only and 9.7% speak one of the non-official languages.

whitehorseweathervane

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Nous avons été dans de nombreux endroits dans ce beau et grand pays. De Victoria en Colombie Britannique à Corner Brook en Terre-Neuve, nous avons eu la chance de découvrir les cultures, les traditions, les langues et la nourriture que les nombreuses communautés du Canada ont à offrir.

Le Nord est probablement l’une des régions les plus éloignées que nous ayons visité—s’y rendre prend plusieurs trajets en avion, et jusqu’à deux jours de voyage. Cependant, certains de nos groupes ont eu le privilège d’aller dans le Grand Nord blanc et ont découvert que la région a bien plus que de la neige et du froid (pour info, c’est généralement l’image mentale  que beaucoup de Canadiens ont, quand ils pensent au Nord :)).

Whitehorse, au Yukon est une de nos destinations préférées. Cette ville, qui est aussi appelée la capitale du Nord, est pleine de surprises! Voici quelques faits intéressants que nous avons trouvé à propos de cet endroit. Qui sait, peut-être qu’un jour, vous aurez la chance de voir par vous-même!

  1. Whitehorse a été nommé après les rapides White Horse (près de Miles Canyon), dont les courants se déplaçant rapidement avaient créé des crêtes qui ressemblaient à la crinière d’un cheval blanc.
  2. Whitehorse a commencé comme une plaque tournante du transport lors de la fameuse Ruée vers l’or du Klondike de 1898.
  3. Vous pouvez respirer à l’aise à Whitehorse, car la ville est écologique; c’est la ville avec les plus faibles quantités de pollution atmosphérique dans le monde!
  4. La neige est habituellement dans les prévisions météo tous les mois de l’année, sauf durant le mois de Juillet.
  5. Whitehorse a un flux régulier de festivals culturels et musicaux. L’un d’eux est le Festival de musique Frostbite, qui a lieu chaque Février, et un autre est le Festival Culturel Adaka, qui réunit des artistes des Premières Nations de partout au Yukon pour célébrer la créativité; ce festival a lieu chaque Juin.
  6. Si vous aimez le plein air, Whitehorse est votre ville! Elle a un parcours de plus de 700 kilomètres pour les vélos de montagne, et aussi une piste de ski de fond qui fait 85 km, tout cela dans les limites de la ville.
  7. Whitehorse n’est pas aussi froid que vous pensez: par ce que la ville est situé dans la vallée de Whitehorse, le climat dans la ville n’est pas aussi froid que d’autres villes du Nord, comme Yellowknife. En Janvier, la température moyenne est de -15 C à Whitehorse, mais elle est de -25 C à Yellowknife.
  8. Whitehorse est l’hôte de deux grandes courses à long terme dans le Nord. En été, la course 1000 du Yukon commence à Whitehorse et se termine 1000 miles et 7-12 jours plus tard, à la route de Dalton; la plupart des gens pagayent pendant environ 18 heures par jour! En hiver, la course d’attelages de chiens Yukon Quest commence à Whitehorse et se termine à Fairbanks, en Alaska, 10 à 16 jours plus tard.
  9. La plus grande girouette du monde est à Whitehorse. C’est un DC-3 déclassé qui se trouve à l’aéroport, au sommet d’un socle pivotant.
  10. L’anglais est parlé par 84,3% de la population de Whitehorse; seulement 4,6% parlent le français et 9,7% parlent une des langues non officielles.


Leave a comment

Communities in Focus/Communautés sous la loupe: African Canadian Heritage Association and Gitlaxtaamiks Village Government (Toronto, ON)

 

This slideshow requires JavaScript.

 

On a hot and muggy summer’s day in Toronto, a large group of 12-17 year olds gathered in front of the iconic MuchMusic building at Queen and John streets. On seeing them hanging out on the street, one might think that they were lining up to see one of their favourite musicians or bands give a performance or interview for a tv show. However, this was only the beginning of a week-long cultural exchange between the youth representing two cities, two walks of life, two different views of Canada and the start of the sharing of all of those experiences.

The African Canadian Heritage Association of Toronto, ON and the Gitlaxtaamiks Village Government of New Ayanish, BC, represented by 35 vibrant, creative and interesting youth from all walks of life, aimed to explore the differences and similarities  between their respective cultures during their exchange.  Because both groups also represented two distinct aspects of Canada’s cultural mosaic–one being of African-Canadian heritage and the other being of the Nisga’a Nation–this exchange was special, in that it explored how two cultures could be so different, yet so similar and Canadian.

Since the ACHA played host in Toronto, one of the main goals was to showcase and learn about the contributions of African-Canadians to Canada’s past, present and future, which both groups did in many unique ways. During our visit with the groups, we attended a science presentation (featuring the accomplishments of African-Canadian and First Nations science pioneers) and a poetry workshop at the youth-run Children’s Peace Theatre in Scarborough (a Toronto suburb). There was an overpowering sense of community, discovery and wonder as the group learned new things about African-Canadian culture, the city of Toronto, and about their common interests

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

C’était une journée chaude et humide à Toronto quand un grand groupe de jeunes se sont assemblés devant l’édifice iconique de MuchMusic aux rues Queen et John.  À les regarder, on pourrait croire qu’ils faisaient la queue à voir un concert ou un interview d’un de leurs musiciens favoris.  Pourtant, ces jeunes-là commençaient leur échange culturel—une  semaine d’un échange des jeunes de deux communautés différentes, deux types de vies différentes, deux points de vue différents du Canada—et ils commençaient à partager ces expériences.

L’Association du Patrimoine Africain Canadien (ACHA) de Toronto, ON et le Gouvernement du Village Gitlaxtaamiks de New Ayanish, C-B, se composaient de 35 jeunes vibrants, créatifs et intéressants, des tous des parcours de vie et ils avaient l’objectif durant leur échange d’explorer les différences et les similitudes des deux groupes et des deux cultures.  Puisque les deux groupes représentent deux aspects distincts du mosaïque culturel de Canada—un groupe issu d’un patrimoine Africain-Canadien et l’autre de la Nation Nisga’a—cet échange était spécial étant donné que c’était une exploration de deux cultures si différentes et pourtant si semblables et canadiennes.

Comme l’AHCA accueillaient les autres  à Toronto de la Colombie-Britannique, un des buts principaux, que les deux groupes ont bien réalisé, était à présenter et apprendre des contributions des Africains-Canadiens aux passé et présent du Canada et à l’avenir.  Pendant notre visite aux groupes, on a assisté une présentation de science (qui a mis en avant les aboutissements des pionniers de science des Africains-Canadiens et des autochtones) et un atelier de la poésie, dirigé par les jeunes, au Théâtre de la Paix des Enfants à Scarborough (une banlieue de Toronto).  Il y avait un sentiment écrasant de communauté, découverte et émerveillement tandis que les groupes apprenaient des nouvelles choses de la culture africaine-canadienne, de la ville de Toronto et de leurs intérêts partagés.


Leave a comment

Communities in focus: Eden Community Food Bank (Mississauga, ON)

 

This slideshow requires JavaScript.

One of the most important part of the Summer Work Student Exchange is the “W”: work! In 2014, we paired our 788 students with 563 employers across Canada, who make one several of the key players who provide the environment in which students experience a new part of Canada while getting to know their community and second official language. We paid a visit to the Eden Community Food Bank in Mississauga, ON( a suburb of Toronto), where 2 of our students, Raphael LaJoie and Roxanne Ferland from St-Maurice, Quebec, spent the summer sorting food donations, cooking meals in the community kitchen with the resident chef, and serving said meals to those in need while living with their host families and discovering the community.

The Eden Community Food Bank was founded in the 1980s by a group of people who saw a growing need for access to food and food resources from people living in the community of western Mississauga.  The Food Bank has changed and evolved to meet the needs of the community it serves over the years, and offers many services and programs that help those in need when they need it (many use the bank on a short-term basis of about 3 months). The fully stocked commercial kitchen is the hub of community cooking classes for clients and non-clients, preparation and serving of daily meals to local school children and clients, and hundreds of volunteers (the lifeblood of the organization) help to sort and organize food, stocking food shelves, delivering trucks to pick up food donations and serving clients food, among many other tasks that help the Bank help as many people as possible.

Community and Engagement Coordinator Christina Phillips gave us a few helpful tips to keep in mind should you want to donate to any food bank:

a) Before you buy that can of tomato sauce at the grocery store, think again–it’s one of the least desired items in a food bank’s pantry. Grab the can(s) of chicken noodle soup instead.

b) Toiletries are in growing demand. In addition to that can of soup, consider donating a bar of soap, a deodorant stick or even give away those unused (but still useful) bottles of nail polish–feeding someone’s self-confidence is just as important as feeding the body.

c) Keep this in mind: Donate food that you would eat yourself.

 

A huge thanks to the friendly staff at ECFB for taking the time to show us around their great facility and being a partner in the experience of a lifetime we provide for the students of our Summer Work Student Exchange Program!

If you are interested in volunteering with ECFB, click here for more details.  If you are looking to volunteer elsewhere, here is a great resource to get you started.

 

 

 

Une des parties la plus importante du programme Emplois d’été Échanges étudiants est le « E »: emplois! En 2014, nous avons jumelé nos 762 élèves avec  563 employeurs partout au Canada, qui font partie  des acteurs clés qui fournissent l’environnement dans lequel les élèves vivent une nouvelle partie du Canada tout en apprenant à connaître leur communauté et leur deuxième langue officielle. Nous avons payé une visite Eden Community Food Bank (banque alimentaire communautaire) à Mississauga, ON (une banlieue de Toronto), où 2 de nos étudiants, Raphael LaJoie et Roxanne Ferland de St-Maurice,  Québec ont travaille pendant l’été. Ils ont fait des taches comme trier les dons de nourriture, la préparation des repas dans le cuisine communautaire avec le chef de résident, et de servir ces repas aux personnes,  tout en vivant avec leurs familles d’accueil et la découverte de la communauté.

L’ECFB a été fondée dans les années 1980 par un groupe de personnes qui ont vu un besoin pour l’accès aux ressources alimentaires des personnes vivant dans la communauté de l’ouest de Mississauga. Il a changé et évolué pour répondre aux besoins de la communauté qu’il sert au fil des ans, et offre presentement de nombreux services et programmes qui aident leurs clients. La plupart des clients utilisent la banque sur une base à court terme d’environ 3 mois, quand ils en ont besoin. La cuisine commerciale entièrement approvisionné est la plaque tournante des cours de cuisine de la communauté pour les clients et non-clients, la préparation et le service des repas quotidiens aux enfants des écoles locales et des clients, et des centaines de bénévoles (la pierre angulaire de l’organisation) aide à trier et organiser la nourriture, de remplir les étagères de produits alimentaires, la livraison des camions pour ramasser des dons de nourriture et servir les clients alimentaire, parmi de nombreuses autres tâches qui aident la Banque aider autant de personnes que possible.

La coordonnatrice de l’engagement communautaire au l’ECFB, Christina Phillips, nous a donné quelques conseils utiles à garder à l’esprit si vous voulez faire un don à une banque d’alimentation:

a) Avant d’acheter une boîte de soupe aux tomates à l’épicerie, réflechissez a deux fois-c’est l’un des éléments les moins souhaités dans le garde-manger d’une banque alimentaire. Au lieu de celle-ci, achetez une boîte de soupe aux poulet et nouilles.

b) Les accessoires de toilette sont en demande a croissance rapide. En addition des boîtes de soupe, envisager de faire don d’une barre de savon, du déodorant ou même de donner des bouteilles non utilisés (mais toujours utiles) de vernis à ongles – la confiance en soi est aussi important que l’alimentation du corps.

c) Donnez des aliments que vous voudrez manger vous-meme.

Un grand merci au personnel à l’ECFB de prendre le temps de nous montrer autour de leur grande facilité et d’être un partenaire dans l’expérience d’une vie que nous offrons aux étudiants de notre programme!

Pour plus d’information d’etre bénévole chez l’ECFB, cliquez ici. Pour des infos d’etre bénévole en général au Canada, cliquez ici.


Leave a comment

Communautés sous la loupe: YMCA Montréal et Community Network Corner Brook/YMCA Bay of Islands

 

En printemps 2014, deux groupes de jeunes de Montréal, Québec et Corner Brook, Terre-Neuve ont découvert le Canada d’une manière qu’ils n’auraient jamais cru possible, grâce au programme Échanges Jeunesse Canada. Nous avons parlé avec l’animatrice du groupe de Montréal  (et coordonnatrice du programme Alternative Suspension) Valérie Dagenais de la façon dont son groupe a eu l’expérience d’une vie.

 

 

 

Échanges Jeunesse Canada: Comment avez-vous impliqué dans le programme et lancé le processus de rendre les jeunes ensemble?

 

Valérie: Nous avons recruté des élèves qui étaient disponibles lors de la date proposée (avril 2014). Beaucoup étaient heureux d’entendre que le voyage était à Terre-Neuve, mais ils étaient un peu hésitants à s’engager dans le processus lorsque le découvert que le voyage serait en fait un voyage d’échange et que certains engagements financiers / levée de fonds serait impliqué, y compris l’obligation de participer à des projets bénévoles et communautaires. En total, nous avons eu 12 jeunes qui ont participé à l’échange, composé de personnes provenant de divers programmes du YMCA de Montréal (Alternative Suspension, Passeport, etc.). Nous avons eu plusieurs réunions pour planifier à l’échange et aussi pour déterminer comment nous allions pour amasser des fonds. Il y avait plusieurs activités de collecte de fonds que les jeunes ont décidé de faire ensemble, comme la vente de pâtisseries (ils ont fait les pâtisseries leur même dans la cuisine du YMCA du Parc), et un tirage 50/50. Toutes les activités récoltées des fonds pour couvrir le coût des activités de groupe lors de notre partie d’hébergement de l’échange.

 

EJC: Est-ce que les jeunes ont entre en contact avec leurs jumeaux avant l’échange?

 

V: Oui. Ils avaient quelques conversations sur Skype, où ils ont demandé mutuellement des questions pour en savoir plus sur l’endroit où ils allaient, comme “y a-t-il des magasins à Corner Brook?” et “quel est le temps là-bas?”. Ils ont également utilisé Facebook et e-mail pour se connecter et discuter avant et après l’échange.

 

EJC: Est-ce qu’il y avait des chocs culturels vécus par les étudiants?

 

V: Certainement. Nous sommes allés au match des Alouettes de Montréal (une équipe de football dans la Ligue canadienne du football) avec nos jumeaux, et ils étaient tout à fait dépassés et impressionné par l’embardée sur des personnes et l’ambiance du stade – ce n’était rien comme jamais vu. Pour vous donner une comparaison: le stade peut accueillir 20,000 personnes. La population totale de Corner Brook est de 10,000 personnes. Des petites choses comme prendre le métro / transport en commun autour de Montréal était une nouvelle expérience pour eux aussi.

 

Quant à nos propres étudiants, la plupart d’entre eux avaient seulement entendu parler de Terre-Neuve de l’école et avait vu quelques photos; ils ont été surpris qu’un tel endroit différent de ce qu’ils savent peut exister au sein d’un même pays. Au début, ils se sont plaints que «il n’y a rien à faire!” ou “il y a tellement de bébés!”, mais finalement, ils ont appris d’apprécier le rythme ralenti de la vie et de l’environnement naturel très agréable. Ils étaient même émerveillés par le fait que de parfaits inconnus leur a dit bonjour. Je pense aussi que l’aspect de sortir de la grande ville était un facteur important pour certains jeunes, car ils n’ont pas toujours la possibilité de le faire. Ils ont rendu compte que Corner Brook est très différent de Montréal, c’est un bel endroit pour vivre, et les jeunes qui y vivent sont comme eux; ils éprouvent un grand nombre des mêmes situations et sentiments.

 

EJC: Est-ce que les jeunes apprennent quelque chose de nouveau à propos du Canada?

 

V: Bien sûr! La plupart des élèves des deux groupes ont été immergés dans un environnement complètement anglophone ou francophone pour la première fois, donc il y avait vraiment un échange linguistique dans leurs interactions. Pour les étudiants de Montréal, voir la province de Terre-Neuve – et l’océan Atlantique – pour la première fois était une leçon de géographie en direct pour eux, d’autant plus que nous avons tous réalisé que Terre-Neuve est très loin du Québec (2 avions pour y arriver!). Nous avons également eu quelques expériences culturelles, comme le fameux “kitchen party”, où la musique traditionnelle est jouée et ceux qui sont assez courageux “donne une bise à la morue”.

 

EJC: Quels types de projets de service communautaire vous avez fait pendant votre échange?

 

V: Nous avons participé à quelques projets au cours des deux parties de l’échange à Montréal et à Corner Brook. À Montréal, nous avons travaillé dans un centre communautaire aidant à trier des livres et des articles de friperie pour ceux qui en a besoin. À Corner Brook, nous avons aidé à nettoyer une randonnée dans la nature et piste cyclable locale, et nous avons fait une peinture murale dans la salle commune des jeunes dans un institut psychiatrique local. Tous ont apprécié le travail que nous avons fait, et trouvé des moyens de s’amuser tout en le faisant.

 

EJC: Recommanderiez-vous ce programme à d’autres?

 

V: Oui! Pour les jeunes, c’est une façon de voir comment les autres jeunes au Canada peuvent vivre de différentes façons, mais partager les mêmes expériences. Ils sont les témoins des styles différents de communautés, ils interagissent avec des gens de différents horizons, et aussi ont la chance à voir les régions différentes du Canada qu’ils autrement jamais voir.

 


Leave a comment

Communities in Focus: YMCA Montréal and Community Youth Network Corner Brook/YMCA Bay of Islands

In spring 2014, two youth groups from Montreal, Quebec and Corner Brook, Newfoundland discovered Canada in ways they never thought possible through the Youth Exchange Canada Program. We sat down with YMCA Montreal group leader (and YMCA Alternative Suspension Program coordinator) Valérie Dagenais to talk about how her group had the experience of a lifetime.

 

YMCA Exchanges: How did you get involved with the program and get the process started in terms of getting youth together?

Valerie: We recruited students who were available during the proposed date (April 2014). Many were excited to hear that the trip was to Newfoundland, but were a little hesitant to commit to the process when the found out that the trip would actually be an exchange trip and that some financial commitment/fundraising would be involved, including the obligation to participate in volunteer and community projects.  In total, we had 12 youth who participated in the exchange from Montreal, made up of individuals from various YMCA Montreal programs (Alternate Suspension, Passeport, YIP)  We had several meetings to plan out the exchange and also to figure out how we were going to raise money.  There were several fundraising activities that the youth decided to do themselves, such as bake sales (the kids baked treats to sell using the kitchen at YMCA du Parc), and a 50/50 draw. All of the activities raised money towards the cost of group outings during our hosting part of the exchange.

YMCA Exchanges: Did the youth make contact before the exchange started?

V: Yes. They had a couple of Skype conversations, where they asked each other questions to find out more about where they were going, like “are there stores in Corner Brook?” and “what’s the weather like there?”. They also used Facebook and email to connect and talk before and after the exchange.

YMCA Exchanges: Were there any cultural shocks experienced by the students?

V: Definitely.  We went to a Montreal Alouettes (CFL) game with our twins, and they were quite overwhelmed and impressed at the sheer about of people and the atmosphere of the stadium–it was nothing like they had ever seen before. To give you a comparison: the stadium seats 20,000 people. The total population of Corner Brook is 10,000 people. Little things like taking the subway/public transit around Montreal was a new experience for them as well.

As for our own students, most of them had only heard of Newfoundland from school and had seen a few pictures; they were surprised that such a different place from what they know could exist within the same country. At first, they complained that “there’s nothing to do!” or “there’s so many babies!”, but eventually they learned to appreciate the slowed down pace of life, and the very pleasant natural environment. They even marveled at the fact that complete strangers would say hello as they walked by.  I also think that the aspect of getting out of the big city was a big factor for some of the youth since they don’t always have the opportunity to do that.  They realized that though Corner Brook is very different from Montreal, it’s a beautiful place to live in, and young people who live there are just like them; they experience many of the same situations and feelings.

YMCA Exchanges: Did the youth learn anything new about Canada? 

V: For sure! Most of the students in both groups were immersed in an English-only or French-only speaking environment for the first time in their lives, so there was definitely a language exchange happening as they interacted. For the Montreal students seeing Newfoundland–and the Atlantic Ocean–for the first time was a live geography lesson for them, especially since we all realized just how FAR Newfoundland is from Quebec (we took two planes to get there). We also had some great cultural experiences, like the famous traditional Kitchen Party, where traditional music is played and those who are brave enough “kiss the cod”.

YMCA Exchanges: What types of community service projects did you do during your exchange?

V: We did a few projects during both parts of the exchange in Montreal and Corner Brook. In Montreal, we worked in a community centre helping to sort books and second-hand clothing for those in need.  In Corner Brook, we helped to clean up a local nature hike and bike trail, and we painted a colourful mural in the youth ward of a local psychiatric institute. Everyone enjoyed the work we did, and found way to have fun while doing it.

YMCA Exchanges: Would you recommend this program to others? 

Yes! For youth, it’s a way to see how other young people in Canada can live in different ways, yet share the same experiences. They witness different styles of communities, interact with people from different walks of life and also get to see parts of Canada they never would have otherwise.

 


Leave a comment

A World of Difference: Toronto in pictures|Un monde de différence: Toronto, en photos

 

 

By/par June Findlay

I’ve lived in Toronto for the majority of my life.  Though we’ve all heard it ad nauseum, it’s true when we say that this city is a shining example of how multiculturalism works—to Canadians, and to our neighbours around the world. I’ve always appreciated that I’ve been able to know how to say hello in many languages; to be able to celebrate different holidays with my friends; to know the difference between “banh mi” and “bammy” when it comes to food.

As we celebrate multiculturalism in Canada, I thought that the best way to show one of Canada’s best qualities is to show you the various aspects of life in Toronto—through pictures.  Here is The World of Difference that is Toronto; proof that we can learn and grow from our different backgrounds while creating a uniquely Canadian identity.

This slideshow requires JavaScript.

J’ai vécue presque toute ma vie à Toronto.  Bien qu’on l’ait répété ad nauseum, il n’en demeure pas moins que cette ville est un modèle de multiculturalisme à l’œuvre, tant pour les Canadiens que pour nos voisins de la planète. J’ai toujours apprécié le fait de savoir dire bonjour en plusieurs langues, de pouvoir célébrer différentes fêtes avec mes amis et de connaître la différence culinaire entre « banh mi » et « bammy ».

J’ai pensé que la meilleure façon de présenter l’une des grandes qualités du Canada serait de vous montrer les divers aspects de la vie à Toronto en photos.  Voici le monde de différence qu’est Toronto, soit la preuve que nous pouvons tous apprendre et grandir grâce à nos différents milieux socioculturels tout en forgeant une identité canadienne unique.