YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


Leave a comment

Communities in Focus/Communautés sous la loupe: African Canadian Heritage Association and Gitlaxtaamiks Village Government (Toronto, ON)

 

This slideshow requires JavaScript.

 

On a hot and muggy summer’s day in Toronto, a large group of 12-17 year olds gathered in front of the iconic MuchMusic building at Queen and John streets. On seeing them hanging out on the street, one might think that they were lining up to see one of their favourite musicians or bands give a performance or interview for a tv show. However, this was only the beginning of a week-long cultural exchange between the youth representing two cities, two walks of life, two different views of Canada and the start of the sharing of all of those experiences.

The African Canadian Heritage Association of Toronto, ON and the Gitlaxtaamiks Village Government of New Ayanish, BC, represented by 35 vibrant, creative and interesting youth from all walks of life, aimed to explore the differences and similarities  between their respective cultures during their exchange.  Because both groups also represented two distinct aspects of Canada’s cultural mosaic–one being of African-Canadian heritage and the other being of the Nisga’a Nation–this exchange was special, in that it explored how two cultures could be so different, yet so similar and Canadian.

Since the ACHA played host in Toronto, one of the main goals was to showcase and learn about the contributions of African-Canadians to Canada’s past, present and future, which both groups did in many unique ways. During our visit with the groups, we attended a science presentation (featuring the accomplishments of African-Canadian and First Nations science pioneers) and a poetry workshop at the youth-run Children’s Peace Theatre in Scarborough (a Toronto suburb). There was an overpowering sense of community, discovery and wonder as the group learned new things about African-Canadian culture, the city of Toronto, and about their common interests

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

C’était une journée chaude et humide à Toronto quand un grand groupe de jeunes se sont assemblés devant l’édifice iconique de MuchMusic aux rues Queen et John.  À les regarder, on pourrait croire qu’ils faisaient la queue à voir un concert ou un interview d’un de leurs musiciens favoris.  Pourtant, ces jeunes-là commençaient leur échange culturel—une  semaine d’un échange des jeunes de deux communautés différentes, deux types de vies différentes, deux points de vue différents du Canada—et ils commençaient à partager ces expériences.

L’Association du Patrimoine Africain Canadien (ACHA) de Toronto, ON et le Gouvernement du Village Gitlaxtaamiks de New Ayanish, C-B, se composaient de 35 jeunes vibrants, créatifs et intéressants, des tous des parcours de vie et ils avaient l’objectif durant leur échange d’explorer les différences et les similitudes des deux groupes et des deux cultures.  Puisque les deux groupes représentent deux aspects distincts du mosaïque culturel de Canada—un groupe issu d’un patrimoine Africain-Canadien et l’autre de la Nation Nisga’a—cet échange était spécial étant donné que c’était une exploration de deux cultures si différentes et pourtant si semblables et canadiennes.

Comme l’AHCA accueillaient les autres  à Toronto de la Colombie-Britannique, un des buts principaux, que les deux groupes ont bien réalisé, était à présenter et apprendre des contributions des Africains-Canadiens aux passé et présent du Canada et à l’avenir.  Pendant notre visite aux groupes, on a assisté une présentation de science (qui a mis en avant les aboutissements des pionniers de science des Africains-Canadiens et des autochtones) et un atelier de la poésie, dirigé par les jeunes, au Théâtre de la Paix des Enfants à Scarborough (une banlieue de Toronto).  Il y avait un sentiment écrasant de communauté, découverte et émerveillement tandis que les groupes apprenaient des nouvelles choses de la culture africaine-canadienne, de la ville de Toronto et de leurs intérêts partagés.


Leave a comment

Communities in focus: Eden Community Food Bank (Mississauga, ON)

 

This slideshow requires JavaScript.

One of the most important part of the Summer Work Student Exchange is the “W”: work! In 2014, we paired our 788 students with 563 employers across Canada, who make one several of the key players who provide the environment in which students experience a new part of Canada while getting to know their community and second official language. We paid a visit to the Eden Community Food Bank in Mississauga, ON( a suburb of Toronto), where 2 of our students, Raphael LaJoie and Roxanne Ferland from St-Maurice, Quebec, spent the summer sorting food donations, cooking meals in the community kitchen with the resident chef, and serving said meals to those in need while living with their host families and discovering the community.

The Eden Community Food Bank was founded in the 1980s by a group of people who saw a growing need for access to food and food resources from people living in the community of western Mississauga.  The Food Bank has changed and evolved to meet the needs of the community it serves over the years, and offers many services and programs that help those in need when they need it (many use the bank on a short-term basis of about 3 months). The fully stocked commercial kitchen is the hub of community cooking classes for clients and non-clients, preparation and serving of daily meals to local school children and clients, and hundreds of volunteers (the lifeblood of the organization) help to sort and organize food, stocking food shelves, delivering trucks to pick up food donations and serving clients food, among many other tasks that help the Bank help as many people as possible.

Community and Engagement Coordinator Christina Phillips gave us a few helpful tips to keep in mind should you want to donate to any food bank:

a) Before you buy that can of tomato sauce at the grocery store, think again–it’s one of the least desired items in a food bank’s pantry. Grab the can(s) of chicken noodle soup instead.

b) Toiletries are in growing demand. In addition to that can of soup, consider donating a bar of soap, a deodorant stick or even give away those unused (but still useful) bottles of nail polish–feeding someone’s self-confidence is just as important as feeding the body.

c) Keep this in mind: Donate food that you would eat yourself.

 

A huge thanks to the friendly staff at ECFB for taking the time to show us around their great facility and being a partner in the experience of a lifetime we provide for the students of our Summer Work Student Exchange Program!

If you are interested in volunteering with ECFB, click here for more details.  If you are looking to volunteer elsewhere, here is a great resource to get you started.

 

 

 

Une des parties la plus importante du programme Emplois d’été Échanges étudiants est le « E »: emplois! En 2014, nous avons jumelé nos 762 élèves avec  563 employeurs partout au Canada, qui font partie  des acteurs clés qui fournissent l’environnement dans lequel les élèves vivent une nouvelle partie du Canada tout en apprenant à connaître leur communauté et leur deuxième langue officielle. Nous avons payé une visite Eden Community Food Bank (banque alimentaire communautaire) à Mississauga, ON (une banlieue de Toronto), où 2 de nos étudiants, Raphael LaJoie et Roxanne Ferland de St-Maurice,  Québec ont travaille pendant l’été. Ils ont fait des taches comme trier les dons de nourriture, la préparation des repas dans le cuisine communautaire avec le chef de résident, et de servir ces repas aux personnes,  tout en vivant avec leurs familles d’accueil et la découverte de la communauté.

L’ECFB a été fondée dans les années 1980 par un groupe de personnes qui ont vu un besoin pour l’accès aux ressources alimentaires des personnes vivant dans la communauté de l’ouest de Mississauga. Il a changé et évolué pour répondre aux besoins de la communauté qu’il sert au fil des ans, et offre presentement de nombreux services et programmes qui aident leurs clients. La plupart des clients utilisent la banque sur une base à court terme d’environ 3 mois, quand ils en ont besoin. La cuisine commerciale entièrement approvisionné est la plaque tournante des cours de cuisine de la communauté pour les clients et non-clients, la préparation et le service des repas quotidiens aux enfants des écoles locales et des clients, et des centaines de bénévoles (la pierre angulaire de l’organisation) aide à trier et organiser la nourriture, de remplir les étagères de produits alimentaires, la livraison des camions pour ramasser des dons de nourriture et servir les clients alimentaire, parmi de nombreuses autres tâches qui aident la Banque aider autant de personnes que possible.

La coordonnatrice de l’engagement communautaire au l’ECFB, Christina Phillips, nous a donné quelques conseils utiles à garder à l’esprit si vous voulez faire un don à une banque d’alimentation:

a) Avant d’acheter une boîte de soupe aux tomates à l’épicerie, réflechissez a deux fois-c’est l’un des éléments les moins souhaités dans le garde-manger d’une banque alimentaire. Au lieu de celle-ci, achetez une boîte de soupe aux poulet et nouilles.

b) Les accessoires de toilette sont en demande a croissance rapide. En addition des boîtes de soupe, envisager de faire don d’une barre de savon, du déodorant ou même de donner des bouteilles non utilisés (mais toujours utiles) de vernis à ongles – la confiance en soi est aussi important que l’alimentation du corps.

c) Donnez des aliments que vous voudrez manger vous-meme.

Un grand merci au personnel à l’ECFB de prendre le temps de nous montrer autour de leur grande facilité et d’être un partenaire dans l’expérience d’une vie que nous offrons aux étudiants de notre programme!

Pour plus d’information d’etre bénévole chez l’ECFB, cliquez ici. Pour des infos d’etre bénévole en général au Canada, cliquez ici.


Leave a comment

Canadian Music: The Hidden Gem of our Culture! |Musique canadienne : les trésors cachés de notre culture!

By/Par Jao Dantes, SWSE Local Coordinator/Coordonnateur Local, EEEE (British Columbia/Colombie-Britannique)

 

It has always been a quest to define what it means to be “Canadian”. Is it the red and white splashed throughout our country, or is it our frankly annoying impulse to apologize for every single thing? Nonetheless, I think that one of the most overlooked components of our nationality is music. Music brings us together from sea to sea and truly displays Canadian heritage, culture, and identity. Beyond the international Canadian superstars of Michael Bublé or Justin Bieber, there is something about music made close to home that the world needs to hear.  Without further ado, here’s my top four Canadian musicians that I think you should know about!

 

4. Dan Mangan

Dan Mangan is a Vancouver musician who I first discovered by a suggestion from a friend in 2011; I haven’t stopped listening to his music ever since! I especially like his song “The Indie Queens Are Waiting” from his album Nice, Nice, Very Nice as it lyricizes his life in Vancouver. If you want a perspective on Vancouver, he’s your guy!

 

3. Shad

Though most Canadian hip hop fans only heard of Shad after he won the Juno award for best Rap Album of the Year (for his album TSOL) over Toronto’s Drake, Shad has actually been on the radar for quite some time. He is very popular amongst the underground Canadian rap scene, and is also rapidly gaining international recognition. This Kenyan-born, London, Ontario-raised artist likes to use his music to dig into political and social issues such as the track “I’ll Never Understand” which talks about the Rwandan genocide(his family is from Rwanda). Using his and his family’s life experiences, Shad’s music is a bright element in Canada’s music mosaic.

 

2. Coeur De Pirate

Coeur De Pirate is very popular in the Quebec music scene but is still a mystery to other Canadians. Allow me to introduce you, and possibly change that. Her very clean and acoustic instrumentals, matched by driven and passionate vocals, make her music very hard to get out of your head. My favourite song has to be “Adieu” from the album Blonde!

 

1. Hey Ocean!

Hey Ocean! is yet another Vancouver band that I am obsessed with. Their music is the perfect blend of pop, jazz, and folk, making a unique vibe. Currently in first place for most plays on my mp3 player: “I am a Heart” from their recent album, Is.

 

In conclusion, Canadian music is alive and well. Canadian music really showcases more about Canada than anything else I know. Of course, this entry only scratches the surface of our vast music scene, so I encourage you to search and find your own Canadian favourites!

 

 

On a toujours tenté de définir ce que signifiait être Canadien. Est-ce le rouge et le blanc affichés dans tout le pays? Ou bien, notre fâcheuse habitude de toujours s’excuser pour un rien? Néanmoins, je crois que l’un des éléments souvent mis de côté dans cette quête de nationalité est la musique. La musique nous rassemble d’un océan à l’autre et elle affiche véritablement le patrimoine, la culture et l’identité canadiens. Au-delà des étoiles internationales canadiennes Michael Bublé et Justin Bieber, la musique de notre pays cache quelque chose que le monde doit entendre. Sans vous faire languir davantage, voici les quatre principaux musiciens canadiens que vous devriez connaître à mon avis!

 

4. Dan Mangan

Dan Mangan est un musicien de Vancouver que j’ai d’abord découvert grâce à une suggestion d’un ami en 2011; je n’ai jamais arrêté d’écouter sa musique depuis! J’aime particulièrement sa chanson The Indie Queens Are Waiting de son album Nice, Nice, Very Nice qui parle de sa vie à Vancouver. Si vous voulez un portrait de Vancouver, c’est votre homme!

 

3. Shad

Bien que la plupart des amateurs de hip-hop canadiens n’aient entendu Shad qu’après qu’il eut gagné le prix Juno du meilleur album rap de l’année(pour l’album TSOL), battant ainsi Drake de Toronto, Shad se démarque en réalité depuis un bon bout de temps. Il est très populaire parmi les groupes canadiens en émergence dans le rap et il est de plus en reconnu mondialement. Cet artiste né au Kenya et élevé à London, en Ontario, aime se servir de sa musique pour fouiller les questions politiques et sociales, notamment dans la chanson I’ll Never Understand, qui traite du génocide rwandais (sa famille est originaire de ce pays). Shad utilise ses expériences de vie, mais aussi celles de sa famille dans sa musique, qui constitue un brillant élément dans la mosaïque musicale du Canada.

 

2. Coeur de pirate

Cœur de pirate est très populaire sur la scène musicale québécoise, mais elle demeure un mystère pour les autres Canadiens. Laissez-moi vous la présenter et, possiblement, changer cette réalité. La sonorité très claire et très acoustique de ses instruments, combinée à des voix soutenues et passionnées, fait en sorte qu’il est très difficile de vous sortir sa musique de la tête. Ma chanson préférée est Adieu de l’album Blonde!

 

1. Hey Ocean!

Hey Ocean! est un autre groupe de Vancouver dont je ne me peux me passer. Leur musique est un parfait mélange de pop, de jazz, et de folk; une sonorité unique, quoi! Ce groupe occupe actuellement la première place pour la plupart des chansons qui jouent sur mon lecteur mp3, dont I am a Heart, de leur plus récent album Is.

 

Pour conclure, la musique canadienne est bien vivante. Elle beaucoup plus de choses en valeur sur le Canada que tout ce que je connais d’autre. Bien sûr, le présent article ne fait qu’effleurer la surface de notre vaste scène musicale; je vous encourage donc à trouver vos propres favoris canadiens!


Leave a comment

Communities in Focus: Dresden, ON and Inukjuak, QC |Des communautés sous la loupe: Dresden, ON et Inukjuak, QC

In spring 2014, a group of students from Dresden, Ontario went to Inukjuak, Quebec for a week-long exchange that saw friendships made, new areas of Canada explored and memories made for a lifetime. Katelyn, one of the students from Dresden, writes about her experience for us.

En printemps 2014, une groupe d’étudiants de Dresden, Ontario, sont voyagés a Inukjuak, Quebec pour 6 jours. Ils ont fait des amis, ils ont exploré de nouveux parties du Canada, et ils ont creé des mémoires qui durent le long de leur vie. Katelyn, une des étudiants de Dresden, decrit son expérience pour nous.

 

KatelynDresden1

In Dresden, on a horse-drawn wagon |A Dresden, sur un véhicule à traction chevaline.

During the week of March 30th to April 5th, I went with 14 other students up to the northern Quebec village of Inukjuak. While I was there, I saw and learned about a part of Canada that I didn’t know about before. The experience was amazing. The history about Inukjuak and the Inuit people was really interesting. I did so many things up in Inukjuak that i would have never gotten the chance to do in Dresden. I got to watch an igloo being built, I got to ice fish, I got to dogsled, I saw some Inuit Games demonstrations, and I saw the beauty of Inukjuak. The people in Inukjuak are very kind and were very welcoming to all of us “Dresden-Miut”(meaning those from Dresden).

I made some friends up in Inukjuak that weren’t on the exchange, and I still keep in contact with them. While I was up in Inukjuak, I got to try some of the food that they eat up there. I actually really liked caribou meat. I think I learned a lot more about Canada that I didn’t know before. I learned about the relocation of the Inuit people, and how they lived before everything they have now. A part that I thought was cool was that most of the people in Inukjuak ride ski-doos everywhere. That was awesome.

I think that Canada is an amazing country, with a mixture of people and climate. You could fly north to experience the cold, then fly south to experience the heat. The history that is based off of the Inuit people is really cool and interesting to learn about. I would love to go back up to Inukjuak, and I plan on going back up in the future, more than once. This exchange has helped me make friendships with people who are in a different part of Canada, and I will keep those friendships for as long as I live.

KatelynDresdenInukjuak

Group picture in Inukjuak…with an igloo. | Notre groupe a Inukjuak…avec un igloo.

Pendant la semaine du 30 mars au 5 avril, je suis allée, avec 14 autres étudiants, au village d’Inukjuak dans le Nord du Québec. Durant mon séjour, je vu une partie du Canada qui m’était alors inconnue et j’en ai beaucoup appris sur celle-ci. L’expérience était géniale. L’histoire d’Inukjuak et du peuple inuit était très intéressante. À Inukjuak, j’ai fait une foule de choses que je n’aurais jamais eu la chance de faire à Dresden. J’ai assisté à la construction d’un igloo, j’ai fait de la pêche sous la glace et du traîneau à chiens, j’ai vu des démonstrations de sports inuits et j’ai pu apprécier la beauté d’Inukjuak. Les habitants du village sont très aimables et ont été très accueillants pour nous tous « Dresden-Miut » (ce qui signifie « ceux de Dresden »).

Je me suis fait des amis à Inukjuak qui ne faisaient pas partie de l’échange, et je suis toujours en contact avec eux. Pendant mon séjour à Inukjuak, j’ai pu goûter à la nourriture locale. J’ai vraiment aimé le caribou. Je crois que je connais beaucoup plus le Canada qu’avant. J’en ai appris sur la réinstallation d’Inuit et sur la façon dont vivait le peuple inuit avant d’avoir tout ce qu’il a maintenant. J’ai adoré le fait que la majorité des habitants d’Inukjuak se promènent en motoneige partout. C’était génial.

Je pense que le Canada est un pays merveilleux, où l’on trouve une diversité de peuples et de climats. On peut aller au Nord où il fait froid, puis au Sud où il fait chaud. L’histoire qui porte sur le peuple inuit est super intéressante à apprendre. J’aimerais retourner à Inukjuak, et j’ai l’intention de le faire dans l’avenir, plus d’une fois. Cet échange m’a permis de nouer des amitiés avec des personnes vivant dans une autre région du Canada, et je garderai ces amitiés aussi longtemps que je vivrai.


Leave a comment

Communities in Focus: Sandy Bay, SK and Ajax, ON |Des communautés sous la loupe : Sandy Bay, SK et Ajax, ON

IMG_8175-1

Our Youth Exchanges Canada group exchanges are in full swing for the spring, and this week, we highlight the visit we had with the students of Ajax High School, who hosted their twin group from Hector Thiboutot Community School. Among many fun-filled activities they were doing during the visit, the students of the exchange conducted a truth and reconciliation workshop with grade 8 students at two elementary schools in conjunction with Project of Heart—a program that seeks to teach, talk about and integrate the history of Canada’s First Nations through their experience in the Indian Residential School System.

Through discussion, sharing experiences (including those of some of the family members of the Cree Sandy Bay students), and reading accounts of abuse, neglect and  of First Nations children in the residential school system, everyone involved came away from the session having learned something about Canada’s history, and perhaps something about themselves in the process. As a wrap-up to the session, everyone decorated wooden tiles to create a mosaic in remembrance of those who went through the Residential School experience, “inspiring the building of relationships between Aboriginal and non-Aboriginal people in Canada based on mutual understanding, respect and collective action to create a different future”.  What a colourful way to learn Canada’s history and remember it for generations to come!

A warm welcome awaiting the students of Hector Thiboutot community School at Bolton C Falby School in Ajax, ON.

A warm welcome awaiting the students of Hector Thiboutot community School at Bolton C Falby School in Ajax, ON.

AjaxSandyBay0327143

Sample tiles shown to the students before they created their own designs.

 

 

IMG_8063-1

Ajax and Hector Thiboutot students led discussions concerning the effects of life in a residential school on youth who were likely the same age.

Avec l’arrivée du printemps, les échanges du programme Échanges jeunesse Canada battent leur plein, et cette semaine, nous soulignons la visite que nous avons eu avec les élèves du Ajax High School, qui ont reçu le groupe jumeau du Hector Thiboudot Community School. Parmi les nombreuses activités amusantes qui ont eu lieu lors de notre visite, les élèves de l’échange ont animé un atelier « Vérité et réconciliation » avec des élèves de 8e année de deux écoles primaires, en collaboration avec Project of Heart, un programme qui vise à enseigner, discuter et intégrer l’histoire des Premières nations au Canada grâce à leur expérience dans les pensionnats indiens.

 

Par des discussions, le partage d’expériences (y compris celles de certains membres de famille d’élèves de Sandy Bay) et la lecture de récits sur l’abus et la négligence d’enfants des Premières nations des pensionnats indiens, tous les participants ont quitté l’atelier en ayant appris quelque chose, non seulement, sur l’histoire du Canada, mais sans doute sur eux-mêmes. Avant de conclure l’atelier, tout le monde a décoré des tuiles en bois afin de créer une mosaïque en souvenir de ceux qui ont vécu l’expérience des pensionnats indiens, « une invitation à établir des relations entre les peuples autochtones et non-autochtones au Canada en s’appuyant sur la compréhension commune, le respect et l’action collective afin de créer un avenir différent ».  Quelle meilleure façon d’apprendre sur l’histoire du Canada et de s’en souvenir pour des générations à venir!

IMG_8166

The complete mosaic of tiles, commemmorating those who died and survived the circumstances surrounding Indian Residential Schools.

The complete mosaic of tiles, commemmorating those who died and survived the circumstances surrounding Indian Residential Schools.