YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


Leave a comment

Heroes of History: The Chinese Students Soccer Team |Des héros historiques : L’équipe de soccer des étudiants chinois

ChineseStudentsSoccerTEamHoH2

The Chinese Students Soccer Team following their Iroquois Cup victory, May 24 1926. Source: Chinese Canadian Stories at the University of British Colombia. (http://ccs.library.ubc.ca/)

“…those players became heroes when Chinatown sorely needed heroes.  People went absolutely wild [when they won].”

The world is gearing up for the biggest celebration of “the beautiful game” that is football (well, soccer to us Canucks), the World Cup.  Here at home, we have our own story of survival in the face of adversity through the power of sport, and it began 94 years ago in Vancouver, British Columbia. In the 1920s, Chinese Canadians in Vancouver were experiencing a lot of hardship and discrimination from their White neighbours and the Canadian government.  They couldn’t vote, couldn’t work most jobs and couldn’t go outside of Chinatown without facing a real threat of harm. The thing about sport, though, is that it forces everyone to be on the same level—and in the case of the residents of Vancouver, the soccer field created the right environment for a small group of young high-school aged soccer players—the Chinese Students Soccer Team—to be formed in 1920.  From the very beginning their talent was noticed, but a mistake in their registration placed them in the city’s adult league, and the rest, as they say, is history. The team’s talent, speed and agility saw them win several major tournaments and trophies during their run from 1920-1942, but their most important victory came in 1933, when they faced the heavily-favoured team from the University of British Columbia in the Mainland Cup, considered one of the top tournaments of the time. As Jason Beck writes, “with the score tied 3-3, Jack Soon scored the winning goal in the final minute as delirious fans swept onto the field to celebrate. The victory party poured down Pender Street, bands playing and firecrackers exploding, players riding in an open car holding the three-foot high trophy. The following day was declared a holiday in Chinatown as free tea and dim sum were served for all(source here)”. At the induction of the Chinese Students into the British Columbia Sports Hall of Fame in 2011, Robert Yip (son of team member Quene Yip), said that the Chinese community “was isolated…so when they won the Mainland Cup, it was bigger than the Stanley Cup. It became a celebration for the entire community, and we are all the better for it”. It’s safe to say that Canada has been better for it too, as many team members went on to create many firsts in Canadian history; for example, Dock Yip because the first Chinese Canadian called to the Ontario Bar, and Tong Louie became a successful businessman, creating a nationwide chain of drugstores. Those living in the Surrey, BC area might be familiar with Louie’s name, as one of the YMCA’s branches was named after him and continues to serve Surrey to this day.

« …ces joueurs sont devenus des héros à un moment où Chinatown avait désespérément besoin de héros. Les habitants étaient fous de joie [lors de leur victoire]. »

Le monde se prépare à la plus grande célébration du football (ou soccer pour nous autres Canadiens), la Coupe du monde. Au pays, nous avons notre propre histoire illustrant l’importance du sport pour faire face à l’adversité; elle a débuté il y a 94 ans à Vancouver, en Colombie-Britannique. Dans les années 1920, les Canadiens chinois de Vancouver connaissaient de nombreuses difficultés et discriminations causées par leurs voisins blancs et le gouvernement canadien. Ils ne pouvaient pas voter, avaient l’interdiction d’occuper un grand nombre d’emplois et ne pouvaient sortir de Chinatown sans risquer des représailles. Toutefois, le sport a ceci de particulier qu’il met tout le monde au même niveau; et à Vancouver, le club de soccer a créé un environnement propice à la formation d’un petit groupe de jeunes joueurs de soccer du secondaire (l’équipe de soccer des étudiants chinois) en 1920. Dès le début, leur talent se fait remarquer, mais une erreur d’inscription les place dans la ligue adulte de leur ville. La suite est entrée dans l’Histoire. Leur talent, leur vitesse et leur agilité leur permettent de remporter plusieurs tournois et trophées importants au cours de l’existence de l’équipe, entre 1920 et 1942, mais ils décrochent leur plus grande victoire en 1933, alors qu’ils affrontent l’équipe ultra-favorite de l’Université de Colombie-Britannique dans le tournoi Mainland Cup, considéré comme l’un des plus prestigieux de l’époque. Comme l’écrit Jason Beck, « Le score était de 3-3, quand Jack Soon marqua le but de la victoire à la dernière minute, tandis que la foule en délire se jetait sur le terrain pour célébrer la victoire. Les fêtards parcoururent Pender Street au son des groupes de musique et des pétards. Les joueurs trônaient sur une voiture à toit ouvert et brandissaient le trophée haut de 3 pieds. Le jour suivant a été déclaré jour férié dans Chinatown et du thé et des dim sum étaient offerts gratuitement à tous (source ici). » Lors de l’entrée de l’équipe des étudiants chinois dans le Temple de la renommée des sports de la Colombie-Britannique en 2011, Robert Yip (fils de Quene Yip, membre de l’équipe) a déclaré que la communauté chinoise « était isolée… alors quand ils ont remporté le trophée Mainland Cup, c’était plus important que la Coupe Stanley. C’est devenu une fête pour toute la communauté, qui s’en porte mieux aujourd’hui. » On peut dire que le Canada aussi s’en porte mieux, puisque de nombreux membres de l’équipe ont par la suite créé des précédents dans l’histoire du pays. Par exemple, Dock Yip est devenu le premier Canadien chinois à être admis au Barreau de l’Ontario et Tong Louie est devenu un homme d’affaires prospère en créant une chaîne de pharmacies à l’échelle du pays. Ceux qui vivent dans la région de Surrey, en Colombie-Britannique, connaîtront peut-être le nom de Louie, puisque l’une des filiales du YMCA a été nommée en son honneur et continue de servir les habitants de Surrey de nos jours.


Leave a comment

Hero of History: David Suzuki| Héros historique : David Suzuki

David Suzuki. Source: Malcolm Tweedy/ Everything Zoomer

David Suzuki. Source: Malcolm Tweedy/ Everything Zoomer

 

Environmentalism isn’t a discipline or specialty. It’s a way of seeing our place in the world. And we need everybody to see it that way. Don’t think ‘in order to make a difference, I have to become an environmentalist’”.

 

This month, we’re looking at the various aspects of the environment, and our place and role within it. Canada’s diverse landscapes are well known and loved, both at home and abroad. In recent years, the conversation about the environment has turned to subjects such as climate change, energy conservation, and carbon footprints. In Canada, much of this is due to the lifelong work and advocacy of the “greatest living Canadian (according to a CBC program)”. Chances are that if you’re Canadian, and you know a thing or two about the environment, it’s likely because of David Suzuki—geneticist, author, professor and environmentalist.

Born in 1936 in Vancouver, BC, Suzuki is a 3rd generation Japanese-Canadian. In 1942, as a result of actions by the Canadian government during World War 2 and anti-Japanese propaganda, he and his family were sent to internment camps. Despite the less-than-ideal conditions in which they lived, Suzuki was always encouraged by his parents to continue learning. This included learning more about the environment and nature around him, which became more apparent to him once the family was forced to move to Ontario after the war ended.

Through a stellar academic career that saw him go from studying the genetics of fruit flies to studying the overall activity of the Earth’s ecosystem, Suzuki transitioned to informing the public about the love and concern that he had for the Earth’s environment through public television and radio. In 1979, he began as the host of the CBC television series “The Nature of Things”, which aims to “stimulate interest in the natural world, to point out threats to human well-being and wildlife habitats, and to present alternatives for achieving a more sustainable society”. The program is still running after more than 30 years, and continues to inform and challenge Canadians about their environment to this day.

Suzuki is a hero of history because he represents two important aspects of Canada’s history: the internment of Japanese-Canadians, through which he and his family not only survived, but created opportunities for learning for years to come; and the popularization of discussion and activism about Canada’s environment. Though he may already be a well-decorated person (he holds over 26 honourary degrees, the Order of Canada, and the Right Livelihood Award, seen as the alternative Nobel prize, among many other awards), his greatest contribution to Canadians is the way that we think about and protect our environment for generations to come—not to mention seeing our place in the world.

 

« L’environnementalisme n’est ni une discipline, ni une spécialité. C’est une façon de voir notre place dans le monde. Et tout le monde doit la voir de cette façon. Ne vous dites pas que “pour faire une différence, je dois devenir un environnementaliste” ».

Ce mois-ci, nous traitons des différents aspects de l’environnement, de notre place et de notre rôle dans celui-ci. La diversité des paysages canadiens est bien connue et admirée, que ce soit par les Canadiens ou à l’étranger. Au cours des dernières années, le débat sur l’environnement était axé sur des sujets tels que les changements climatiques, la conservation de l’énergie et les empreintes carbones. Au Canada, cela est principalement dû au travail et à la défense d’une cause de toute une vie du « plus grand Canadien vivant (d’après un programme de la chaîne CBC) ». Si vous êtes Canadien et que vous connaissez un peu l’environnement, c’est probablement grâce à David Suzuki, généticien, auteur, professeur et environnementaliste.

Né en 1936 à Vancouver (C.-B.), M. Suzuki est un Canadien japonais de 3e génération. En 1942, à la suite des mesures prises par le gouvernement canadien durant la Deuxième Guerre mondiale et de la propagande antijaponaise, il a été envoyé dans des camps d’internement. Malgré les mauvaises conditions de vie, ses parents l’ont toujours encouragé à continuer d’apprendre. Il en a notamment appris davantage sur l’environnement et la nature qui l’entouraient, et ce, encore plus lorsque la famille a dû déménager en Ontario à la fin de la guerre.

Tout au long de sa brillante carrière durant laquelle il a notamment étudié la génétique des mouches des fruits ou encore l’activité générale de l’écosystème de la Terre, il a commencé à effectuer une transition en informant le public de son amour pour l’environnement de la Terre et des préoccupations qu’il avait à ce sujet en prenant part à des émissions à la télévision et à la radio. En 1979, il a commencé par devenir l’hôte de la série télévisée de la CBC « The Nature of Things » qui vise à « stimuler l’intérêt envers le monde naturel afin de cibler les menaces au bien-être et aux habitats sauvages, et de présenter des solutions pour que la société soit plus durable ». L’émission existe toujours après plus de 30 ans et continue d’informer et de stimuler les Canadiens à propos de leur environnement actuel.

M. Suzuki est un héros historique, car il représente deux aspects importants de l’histoire du Canada : l’internement des Canadiens japonais, auquel lui-même et sa famille ont survécu et qui a permis de créer des possibilités d’apprentissage pour les années à venir, et la popularisation du débat et de l’activisme relatifs à l’environnement du Canada. Même s’il a déjà reçu beaucoup d’honneurs (il détient entre autres plus de 26 distinctions honorifiques, l’Ordre du Canada et le prix Right Livelihood considéré comme étant le prix Nobel alternatif), sa plus grande contribution aux Canadiens est la manière dont nous pensons à notre environnement et le protégeons pour les générations futures, en plus de la place que nous avons dans le monde.


Leave a comment

Community in focus: Langley, BC

Through the YMCA’s Youth Exchanges and Summer Work Student Exchange programs, Canadian youth have the opportunity of visiting some very cool, sometimes little known places across the country!

Today, we want to tell you a bit about Langley, BC!

The city of Langley is a lively spot which still retains its historical charm. Built on and around a number of natural resources — most notably the Nicomekl River — the city streets often come to an abrupt halt as they reach the water, continuing on the other side without a connecting bridge. One of the easiest ways to get to Langley is by taking the Fraser Highway, but this major roadway narrows down to a single-lane road in Langley’s downtown. Langley residents often nickname this stretch “The One-Way.” In the summer, Douglas Park is a main spot for fun and entertainment, and this is where the annual Arts Alive Festival takes place each August.

À travers les programmes Échanges Jeunesse Canada et Emplois d’Été Échanges Étudiants du YMCA, des centaines de jeunes canadiens ont la chance de visiter différentes communautés à travers le Canada.

Aujourd’hui, nous voulons vous parler de Langley, en Colombie Britannique!

La ville de Langley est un endroit animé, qui maintient un charme historique. La ville est entourée de verdure et de ressources naturelles, notamment la rivière Nicomelk. D’ailleurs, les rues de Langley ont tendance à terminer abruptement à la rivière, et à recommencer de l’autre côté, sans qu’il y ait un pont pour relier les deux moitiés! La meilleure façon de se rendre à Langley est de prendre l’autoroute Fraser, mais cette grande artère devient simplement une rue à double sens au centre-ville, que les résidents de Langley surnomment souvent la “One-Way”. Durant l’été, le Park Douglas est l’endroit idéal pour pratiquer un sport ou assister à un concert, et c’est où se déroule le festival Arts Alive au mois d’août.unnamed