YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


Leave a comment

Communities in focus: Eden Community Food Bank (Mississauga, ON)

 

This slideshow requires JavaScript.

One of the most important part of the Summer Work Student Exchange is the “W”: work! In 2014, we paired our 788 students with 563 employers across Canada, who make one several of the key players who provide the environment in which students experience a new part of Canada while getting to know their community and second official language. We paid a visit to the Eden Community Food Bank in Mississauga, ON( a suburb of Toronto), where 2 of our students, Raphael LaJoie and Roxanne Ferland from St-Maurice, Quebec, spent the summer sorting food donations, cooking meals in the community kitchen with the resident chef, and serving said meals to those in need while living with their host families and discovering the community.

The Eden Community Food Bank was founded in the 1980s by a group of people who saw a growing need for access to food and food resources from people living in the community of western Mississauga.  The Food Bank has changed and evolved to meet the needs of the community it serves over the years, and offers many services and programs that help those in need when they need it (many use the bank on a short-term basis of about 3 months). The fully stocked commercial kitchen is the hub of community cooking classes for clients and non-clients, preparation and serving of daily meals to local school children and clients, and hundreds of volunteers (the lifeblood of the organization) help to sort and organize food, stocking food shelves, delivering trucks to pick up food donations and serving clients food, among many other tasks that help the Bank help as many people as possible.

Community and Engagement Coordinator Christina Phillips gave us a few helpful tips to keep in mind should you want to donate to any food bank:

a) Before you buy that can of tomato sauce at the grocery store, think again–it’s one of the least desired items in a food bank’s pantry. Grab the can(s) of chicken noodle soup instead.

b) Toiletries are in growing demand. In addition to that can of soup, consider donating a bar of soap, a deodorant stick or even give away those unused (but still useful) bottles of nail polish–feeding someone’s self-confidence is just as important as feeding the body.

c) Keep this in mind: Donate food that you would eat yourself.

 

A huge thanks to the friendly staff at ECFB for taking the time to show us around their great facility and being a partner in the experience of a lifetime we provide for the students of our Summer Work Student Exchange Program!

If you are interested in volunteering with ECFB, click here for more details.  If you are looking to volunteer elsewhere, here is a great resource to get you started.

 

 

 

Une des parties la plus importante du programme Emplois d’été Échanges étudiants est le « E »: emplois! En 2014, nous avons jumelé nos 762 élèves avec  563 employeurs partout au Canada, qui font partie  des acteurs clés qui fournissent l’environnement dans lequel les élèves vivent une nouvelle partie du Canada tout en apprenant à connaître leur communauté et leur deuxième langue officielle. Nous avons payé une visite Eden Community Food Bank (banque alimentaire communautaire) à Mississauga, ON (une banlieue de Toronto), où 2 de nos étudiants, Raphael LaJoie et Roxanne Ferland de St-Maurice,  Québec ont travaille pendant l’été. Ils ont fait des taches comme trier les dons de nourriture, la préparation des repas dans le cuisine communautaire avec le chef de résident, et de servir ces repas aux personnes,  tout en vivant avec leurs familles d’accueil et la découverte de la communauté.

L’ECFB a été fondée dans les années 1980 par un groupe de personnes qui ont vu un besoin pour l’accès aux ressources alimentaires des personnes vivant dans la communauté de l’ouest de Mississauga. Il a changé et évolué pour répondre aux besoins de la communauté qu’il sert au fil des ans, et offre presentement de nombreux services et programmes qui aident leurs clients. La plupart des clients utilisent la banque sur une base à court terme d’environ 3 mois, quand ils en ont besoin. La cuisine commerciale entièrement approvisionné est la plaque tournante des cours de cuisine de la communauté pour les clients et non-clients, la préparation et le service des repas quotidiens aux enfants des écoles locales et des clients, et des centaines de bénévoles (la pierre angulaire de l’organisation) aide à trier et organiser la nourriture, de remplir les étagères de produits alimentaires, la livraison des camions pour ramasser des dons de nourriture et servir les clients alimentaire, parmi de nombreuses autres tâches qui aident la Banque aider autant de personnes que possible.

La coordonnatrice de l’engagement communautaire au l’ECFB, Christina Phillips, nous a donné quelques conseils utiles à garder à l’esprit si vous voulez faire un don à une banque d’alimentation:

a) Avant d’acheter une boîte de soupe aux tomates à l’épicerie, réflechissez a deux fois-c’est l’un des éléments les moins souhaités dans le garde-manger d’une banque alimentaire. Au lieu de celle-ci, achetez une boîte de soupe aux poulet et nouilles.

b) Les accessoires de toilette sont en demande a croissance rapide. En addition des boîtes de soupe, envisager de faire don d’une barre de savon, du déodorant ou même de donner des bouteilles non utilisés (mais toujours utiles) de vernis à ongles – la confiance en soi est aussi important que l’alimentation du corps.

c) Donnez des aliments que vous voudrez manger vous-meme.

Un grand merci au personnel à l’ECFB de prendre le temps de nous montrer autour de leur grande facilité et d’être un partenaire dans l’expérience d’une vie que nous offrons aux étudiants de notre programme!

Pour plus d’information d’etre bénévole chez l’ECFB, cliquez ici. Pour des infos d’etre bénévole en général au Canada, cliquez ici.


Leave a comment

My SWSE Summer Experience: Ajay’s job at the Canadian Railway Museum |Mon expérience EéÉé : Le travail d’Ajay au Musée ferroviaire canadien

Ajayswse

Ajay at the Exporail Museum, summer 2014.|Ajay au Musee ferroviaire canadien, ete 2014

 

Just a short while ago, the shortest six weeks of my life came to a close. Even though this exchange was the longest I’ve ever been away from my family, the experiences I’ve had over the past few weeks have made me enjoy close to every second of it.
My name’s Ajay and I’m a 16-year-old French immersion student from Victoria, British Columbia. This summer, as part of the YMCA Summer Work Student Exchange, I got placed at an incredible job: A “public agent” at the Exporail Museum. Exporail, also known as the Canadian Railway Museum, is a train museum located near Montreal, Quebec. With over 50,000 yearly visitors, 160 trains, and over 250,000 artifacts, it is the largest train museum in Canada. As this was my first job, the lessons I learned at the museum were extremely valuable, both to my future in employment, and to my future in general. At the museum I learned how to operate a cash register, how to operate a movie theatre, and I also did a lot of site surveillance. I learned how to answer questions for people, and how to deal with discontent visitors, but, above all, this opportunity greatly improved my French. After just one week in Quebec, due to the fact that I was conversing in French with virtually everyone I interacted with, I became very comfortable in the French language, and began to correct grammatical errors I’ve been making for years. I even started having dreams in French!

I benefited greatly from this job, and the total immersion opportunity it provided me with. I learned so much during my time at Exporail, and I can’t believe it’s already over – part of me wants to stay behind and continue working for the museum. As for my fellow staff at Exporail, they were all hard-working and helpful people, and whenever I needed help or was confused, as I often was in my first few days, they never hesitated to help me. The museum also had a big sense of community between it’s staff, and, when the weather was nice, we’d all eat lunches together outside. Many of the employees were also each other’s best friends. The supervisors were all excellent as well, and I feel like I was working in a very relaxed – yet at the same time professional – environment.

Thanks so much to the YMCA and to Exporail for providing me with this opportunity; I honestly couldn’t have asked for a better job. I only wish I could have stayed a little longer.

 

 

Il a très peu de temps, les six semaines les plus courtes de ma vie se sont terminées. Même si l’échange constituait le moment où j’avais passé le plus de temps loin de ma famille, les expériences que j’ai vécues pendant les dernières semaines m’en ont fait apprécier presque chaque seconde.
Je m’appelle Ajay, j’ai 16 ans et je suis un étudiant en immersion française de Victoria, en Colombie-Britannique. Cet été, dans le cadre du programme Emplois d’été Échanges étudiants du YMCA, j’ai occupé un poste incroyable; celui de « fonctionnaire » au musée Exporail. Celui-ci, également connu sous le nom de  Musée ferroviaire canadien, est un musée ferroviaire situé près de Montréal. Comptant plus de 50 000 visiteurs chaque année, 160 trains et plus de 250 000 artéfacts, il s’agit du plus important musée sur les trains au Canada. Comme il s’agissait de mon tout premier emploi, les leçons que j’ai apprises au musée ont été très précieuses, tant pour mon emploi futur que pour mon avenir en général. Au musée, on m’a enseigné à utiliser une caisse enregistreuse, à faire fonctionner un cinéma et j’ai également beaucoup surveillé le site. J’ai appris à répondre aux questions des gens et à gérer des visiteurs mécontents, mais cette occasion m’a surtout permis d’améliorer grandement mon français. Après seulement une semaine au Québec, je suis devenu très à l’aise avec la langue française puisque je devais converser en français avec presque tout le monde avec qui j’interagissais. En outre, j’ai commencé à corriger des erreurs grammaticales que je faisais depuis des années. J’ai même commencé à rêver en français!

J’ai grandement tiré profit de cet emploi et de l’occasion d’immersion complète qu’il m’a offerte. J’ai tellement appris pendant mon séjour au musée Exporail. Je peine à croire que c’est déjà terminé; une partie de moi souhaite y rester et continuer à travailler au musée. Pour ce qui est de mes collègues de l’Exporail, ils étaient tous très travaillants et aidants. Peu importe si j’avais besoin d’aide ou si j’étais confus, comme je l’ai été dans les premiers jours, ils n’ont jamais hésité à m’aider. Le personnel du musée avait aussi un grand sens de la communauté; quand il faisait beau dehors, nous mangions tous ensemble à l’extérieur. Bon nombre d’employés étaient aussi de meilleurs amis. Les superviseurs étaient également tous très bons. J’ai l’impression que je travaillais dans un environnement très détendu, tout en étant professionnel.

Je remercie grandement le YMCA et Exporail de m’avoir offert cette occasion. En toute honnêteté, je n’aurais pu demander un meilleur emploi. J’aurais seulement souhaité pouvoir rester plus longtemps.


Leave a comment

My SWSE Summer Experience: Amélie| Mon expérience cet été avec l’EEEE: Amélie

DSC_0550_1

Amelie’s group of students at the Canadian Museum of History in Gatineau, QC|Le groupe au Musee de l’histoire canadien a Gatineau, QC.

L’autre jour, un de mes anciens participants nous a pose cette question : «Imaginez votre vie si vous n‘aviez pas participé au programme?» Puis, moment de silence… Nous étions tous en train de penser à ceci, «comment imaginez nos vies sans EEEE? »

En tant que coordonnatrice locale, j’ai le meilleur emploi au monde grâce aux participants que j’ai eu la chance de rencontrer.  C’est ce que j’aime à propos de mon emploi.  Ce n’est pas le fait que nous avons l’occasion de voyager à travers le pays ou que tout l’été nous faisons des activités super trippantes avec notre groupe. C’est le fait que tout le monde créer des relations très serrées entre eux en seulement 6 semaines.  C’est de voir à quel point autant eux que moi avons grandi et appris beaucoup en si peu de temps. C’est de pouvoir observer l’accomplissement d’un jeune de 16-17 ans, qui à la fin de cet échange est fier d’avoir pu améliorer sa langue seconde.  Certains sont fiers d’avoir eu une première expérience de travail, d’avoir réussi à terminer les 6 six semaines du programme loin de leur maison (et ce bien malgré des défis comme une cheville cassée au milieu de l’échange!) et bien d’autres.

Bien qu’il y en ait des tonnes, le meilleur souvenir que je vais garder de mon expérience cet été, fut notre voyage en train à la fin de l’été.  Nous avons eu l’opportunité de voir la moitié du pays et quelle belle façon de terminer cette expérience unique en voyageant via ce fameux train de VIA Rail Canada.  Le Canadien a façonné l’histoire de notre pays et il continue d’en faire ainsi par les souvenirs créés à bord!  Ce fut aussi les derniers moments du programme pour avoir des fous rire, chanter à tût tête jusqu’à en faire fuir tout le monde dans le wagon-restaurant(ne vous inquiétez pas il n’y avait que des participants du programme), danser jusqu’à 23h00 et apprécier nos derniers jours ensemble avant de dire au revoir à tout le monde.  Si jamais vous avez la chance de prendre ce train, n’hésitez pas à faire le voyage à bord, c’est une expérience inoubliable.

Pour terminer, j’ai tissé des liens avec des gens extraordinaires venant de Brandon (MB), de toute la Saskatchewan, d’Edmonton (AB) et quoi dire de plus que MERCI à tout le monde que j’ai pu rencontrer dans le cadre de ce programme, mais un MERCI tout particulier à mes participants sans qui cette expérience n’aurait pas été la même.

Après tout, cela est ‘’L’expérience de votre vie’’!

 

IMG_0056

The other day, one of my participants from last year asked me this question: “Imagine your life if you never participated in the program?’’ Then, a moment of silence…and  we were all thinking about it: ‘’how could we imagine our life without SWSE?’’

As a local coordinator, I had the best job in the world because of the participants that I had the chance to meet.  This is what I like the most about my job–it´s not the fact that we have the occasion to travel around the country, or the fact that we are doing awesome activities with our groups. It´s the fact that everybody creates strong relationships between in just 6 weeks.  I can see how much we all have grown and learned so much in such a short amount of time.  It’s the fact that I have seen 16-17 year old youth being proud of themselves at the end of the exchange because they have improved their second language. Some of them felt accomplished because they had their first work experience. Others were proud of themselves for being able to be so far away from their home for 6 weeks; some faced a lot of challenges–like a broken ankle at the mid-point of the exchange!

Even if there are tons of memorable moments, the best one I will remember is our train ride at the end of the summer.  We had the opportunity to see half of the country and this is the best way to end this unique experience by taking the Canadian (VIA Rail) train.  This railway line has shaped the history of our country and it still does by the moments lived onboard!  It was these last moments of the program that we had a good laugh together, sang at the top of our lungs to scare off everyone else (don’t worry, there were only participants from the program on our car!), we danced until 11:00 pm and enjoyed our last days together before saying goodbye.  If you have the chance to take this train, don’t hesitate to do it, it’s an unforgettable experience!

To conclude, I had the privilege to meet some amazing people from Brandon, MB, from all over Saskatchewan, and Edmonton, AB.  What else can I say but THANK YOU to everybody that I’ve met through the program, but also a special THANK YOU to the participants, because without you guys, the experience would not have been the same.

After all, our slogan is ‘’Experience the journey of a lifetime’’!


Leave a comment

Preparing for your SWSE Exchange|Préparation pour l’échange EEEE

Excited about your SWSE exchange yet? Here are a few helpful tips for you from one of our veteran local coordinators, Beth Morgan!

Avez-vous hate d’embarque sue votre echange? Voici des conseils a vous aider, écrit par Beth Morgan, une coordinatrice local pour l’EEE depuis 2010!

002 Check out that puddle

Beth, making a great discovery during one of her many travels. Note that she managed to carry everything in ONE backpack during her trip! | Voici Beth, qui decouvre un grand secret pendant une de ses nombreux voyages. Notez qu’elle a fait UNE valise (un sac a dos) pour cette voyage!

You’ve received the offer and now the exchange is a reality, but it feels like there is so much to do to prepare–where do you start?  Everyone has their own style of doing things, but I have found that there are some tips that work for everybody. Here they are…

1.  Get organized!

Whether you make lists, draw diagrams, create spreadsheets, record voice memos…find a way to keep track of all of the information.  You will be getting A LOT of details from your exchange coordinator; make sure you read and hear it all carefully, take notes and ORGANIZE!  Pay attention to due dates and tasks that you need to do.

 

2. Pick someone’s brain! (Ask questions)

Whether you choose to do your own research or you want to pick the brain of a past participant or coordinator, if you’re wondering about something, ask!.  It can be helpful to find out a little something about where you will be living.  For example, look into whether or not your bank has a branch in that community; find out what the community is known for, and think about what you might want to explore while you’re there.

Chances are, you know someone who has travelled before or who has even lived somewhere else for a while.  Ask them for their advice and their stories; 9 times out of ten, they’ll be more than happy to share both with you.

 

3. Pack only what you can carry

I can’t emphasize this enough!  I have my own awful stories of hauling a huge suitcase up the steep escalators of the London Underground, heaving a too-heavy suitcase onto a train in India and rolling (and ruining) a giant suitcase along the cobblestone streets of France.  Remember, YOU will be responsible for your belongings.  Whether travelling by train, bus or plane, you are the one who needs to be able to lift your luggage–sometimes in a very time-pressed situation.  So make sure you’re organized and think about what you will pack—don’t leave packing until the night before!  Also, leaving some space in your luggage will give you the option of bringing home something from your exchange.

 

Bon courage et bon voyage!

************************************************************************************************************************************************

Tu as reçu l’offre et, maintenant que l’échange est bel et bien réel, tu as l’impression qu’il y a tant à faire pour te préparer… Par où commencer?  Personne ne fait les choses de la même manière, mais j’ai constaté que certains conseils s’appliquent à tous. Voici mes conseils :

1. Organise-toi!

Dresser des listes, tracer des diagrammes, créer des feuilles de calcul, enregistrer des notes vocales… Trouve ta façon de consigner tous les renseignements.  Ton coordonnateur du programme d’échange te fournira BEAUCOUP de renseignements; assure-toi de bien les écouter et de les lire attentivement, prends des notes et ORGANISE-TOI!  Porte une attention particulière aux dates d’échéance et aux tâches que tu dois faire.

2. Pose des questions!

Que tu décides de faire tes propres recherches ou de demander à un ancien participant ou à ton coordonnateur de t’éclairer, si tu n’es pas certain de quelque chose, pose la question!  Il peut être utile d’en apprendre un peu sur la ville où tu vivras.  Par exemple, renseigne-toi si ta banque a une succursale dans ta collectivité d’accueil, découvre ce qui fait la renommée de la collectivité et pense à ce que tu aimerais explorer pendant ton séjour.

Il y a de fortes chances que tu connaisses quelqu’un qui a déjà voyagé ou peut-être même qui a déjà vécu ailleurs pendant un certain temps.  Demande-lui de te donner des conseils et de te raconter son histoire; 9 fois sur 10, cette personne se fera un plaisir de te donner cette information.

3. Emporte seulement ce que tu peux transporter

Je n’insisterai jamais assez sur ce point!  J’ai mes histoires d’horreur où je me suis retrouvée en train de traîner une énorme valise en haut des longs escaliers roulants dans le métro de Londres, de soulever péniblement une valise trop lourde dans un train en Inde et de faire rouler (et d’abîmer) une valise géante dans les rues pavées de France.  N’oublie pas que TU es responsable de tes effets personnels.  Que tu voyages en train, en autobus ou en avion, tu dois pouvoir soulever toi-même tes bagages, et parfois dans des situations où tu seras extrêmement pressé.  Alors organise-toi et pense à ce que tu vas emporter. N’attends pas la veille pour faire tes bagages!  Tu peux aussi prévoir de la place dans tes bagages pour pouvoir rapporter un souvenir de ton échange.

Bon courage et bon voyage!

 


2 Comments

Testimonial Tuesday: SWSE Alumni Tracey Ma, in her own words |Tracey Ma, participante au programme Emploi d’été Échanges étudiants

 

Tracey, on her way back home to BC on the VIA Train; one of her favourite moments about the whole summer.

Tracey, on her way back home to BC on the VIA Train; one of her favourite moments about the whole summer.

 

Summer ‘s coming up fast, and as you think about what you might like to do this summer, you may be thinking about what it might be like to actually go on exchange with the Summer Works Student Exchange. We talked to SWSE alumni Tracey Ma about her experiences, and the one piece of advice for anyone who’s thinking about applying.

 

YMCA Exchanges: How did you hear about the program?

Tracey: It’s a funny story actually—I had just gotten into a fight with my best friend, and to cool off, I walked into the guidance counsellor’s office at school and picked up the handbook and brochure about SWSE.  It seemed like a cool way to do something different.

Y: What were your expectations before leaving home for the program?

T: Honestly, I didn’t know what to expect.  It was my first time leaving home, and I was pretty eager to see and learn more about the world. I suppose my attitude was, “why not”?

Y: Where did you live and work for the summer? What were your impressions of your new environment?

T: I lived and worked in Gatineau, Quebec. My host family lived in Chelsea, a tiny town just outside of Gatineau. What I remember about Chelsea is just how small it was—“downtown” was about the size of one Toronto city block, there were probably about 10 dirt roads, and the places I frequented the most was the corner store and the ice cream store.

I worked at a kids’ day camp in Gatineau, where I met quite a few other SWSE participants. The funniest part about the day camp was the fact that we had to make up and use nicknames for the whole summer, since the kids weren’t supposed to find out our real names until the end of the summer, when we had a big reveal party. My nickname was “coccinelle” (“ladybug” in French).  I also became close with some of my co-workers, who were a part of a pretty diverse and interesting cast of characters at the camp.

Y: What kind of activities did you do when you weren’t working?

T: We did quite a few things outside of work, especially since I had made a few close friends and we often took trips that we organized ourselves.  We went to Ottawa on a day trip, we went go-karting, we had a beach day at Parc Lac Lémy, and we attended a country music festival, among many other things.  I also spent some time with my host family, who took me further into the Québec countryside to see their extended family.

Y: What are three things that you’ll always remember from your experience at SWSE?

There were so many great memories, but these three in particular stand out for me:
1) the rewarding experience of teaching the day camp kids English and them remembering what I taught them;
2) the overall freedom and carefree feeling that the experience of working and living in another part of the country (without your parents!)provides;
3) the train ride back to British Columbia—that was quite emotional for me, as the 4 day-trip allowed me to see parts of Canada I had never seen before.  Canada has such a beautiful landscape, and not many Canadians get to see it the way SWSE participants did on the trip.

Y: Any advice for those who are thinking about applying for SWSE?

T: Just go for it! You’ve got nothing to lose.

 

Chelsea, QC--where Tracey lived during her time with SWSE.

Chelsea, QC–where Tracey lived during her time with SWSE.

L’été arrive à grands pas et vous réfléchissez à ce que vous aimeriez bien faire cet été. Pourquoi ne pas effectuer un échange dans le cadre du programme Emploi d’été Échanges étudiants? Nous avons discuté avec Tracey Ma qui y a participé, a partagé ses expériences et a donné un conseil à tous ceux qui souhaitent présenter leur candidature.

YMCA : Comment as-tu entendu parler du programme?

Tracey : C’est assez drôle en fait, je venais de me chicaner avec ma meilleure amie, et pour me calmer, je suis allée au bureau du conseiller d’orientation à l’école, et j’ai pris le guide et la brochure du programme Emploi d’été Échanges étudiants. Cela semblait être une bonne idée pour faire quelque chose de différent.

Y : Quelles étaient tes attentes avant de partir et de participer au programme?

T : Honnêtement, je ne savais pas à quoi m’attendre. C’était la première fois que je partais de chez moi et j’avais hâte de voir le monde et d’en apprendre davantage. Je suppose que je partais en me disant : « Pourquoi pas? ».

Y : Où vivais-tu et travaillais-tu l’été? Quelles impressions avais-tu de ton nouvel environnement?

T : Je vivais et travaillais à Gatineau, au Québec. Ma famille d’accueil vivait à Chelsea, une petite ville juste en dehors de Gatineau. Je me souviens juste que Chelsea était vraiment petit. Le « centre-ville » était de la taille d’un pâté de maisons à Toronto, il y avait probablement environ 10 chemins de terre, et les endroits que je fréquentais le plus souvent étaient le magasin du coin et le magasin de crèmes glacées.

Je travaillais dans un centre de loisirs pour enfants à Gatineau où j’ai rencontré pas mal d’autres participants du programme Emploi d’été Échanges étudiants. Le moment le plus drôle au centre de loisirs était le fait que nous devions inventer et utiliser de faux surnoms durant tout l’été, car les enfants ne devaient pas savoir nos vrais noms avant la fin de l’été où nous avions organisé une grande fête à cet effet. Mon surnom était « ladybug » (« coccinelle » en français). Je me suis également rapprochée de certains de mes collègues qui faisaient partie d’un groupe de personnages assez divers et intéressants au centre.

Y : Quel genre d’activités faisais-tu lorsque tu ne travaillais pas?

T : Nous avons fait beaucoup de choses en dehors du travail; en plus, je m’étais fait quelques amis proches et nous faisions souvent des voyages que nous organisions ensemble. Nous avons fait un voyage d’une journée à Ottawa, nous avons fait du kart, nous avons passé un jour à la plage au Parc Lac Lémy et nous avons participé à un festival de musique country, entre autres. J’ai également passé du temps avec ma famille d’accueil qui m’a emmenée un peu plus loin dans la campagne pour rendre visite à sa famille élargie.

Y : Parle-nous de trois choses dont tu te souviendras toujours dans le cadre de ton expérience du programme Emploi d’été Échanges étudiants.

1) L’expérience gratifiante d’enseigner l’anglais aux enfants du centre de loisirs et le fait qu’ils s’en souviennent; 2) l’impression de liberté et d’insouciance que procure le fait de travailler et de vivre dans une autre partie du pays (sans ses parents!), et le voyage retour en train vers la Colombie-Britannique qui était assez émouvant pour moi, car le voyage de 4 jours m’a permis de voir des coins du Canada que je n’avais jamais vus. Le Canada a des paysages tellement beaux, et peu d’entre nous ont la chance de le voir comme nous avons pu le faire.

Y : Un conseil pour ceux qui souhaitent présenter leur candidature au programme Emploi d’été Échanges étudiants?

T : N’hésitez pas! Vous n’avez rien à perdre.


Leave a comment

Hero of History: Elijah McCoy |Héro de l’histoire: Elijah McCoy

Image

Elijah McCoy.
Source: Library and Archives Canada. (www.collectionscanada.gc.ca)

As we near the end of Black History Month, where we reflect on the contributions of Black Canadians to Canadian society and beyond, this week we look at the “Real McCoy”–that is, inventor, engineer and transportation pioneer Elijah McCoy.

Born to free American slaves (who escaped to Canada via the famous Underground Railroad) in Colchester, Ontario on May 2, 1843, McCoy loved to explore and find out how things worked, taking things apart and putting them back together like a puzzle.  His parents noticed this and sent him to Scotland at 15 to receive a higher education in engineering. Armed with this knowledge, McCoy returned to the United States with a dream to be a mechanical engineer.

Despite his university education, McCoy was barred from working as an engineer due to racial barriers; as a result, he was forced to work at the Michigan Central Railroad as a fireman (the person who shoveled the coal to power the locomotive and who lubricated the moving parts during frequent stops).  However, this proved to be an opportunity in disguise, as working in this environment was the place where he saw a need in the booming transportation industry. According to Historica Canada, “he became concerned about the injuries and deaths caused when workers attempted to lubricate moving machinery. Many of these workers were young Black boys employed in the position because they were small and agile.”

After many drawings, tests and prototypes, McCoy patented the lubricator cup in 1872, which made the process of running the steam engine that powered the train much easier and less dangerous for those who fueled the trains—much like McCoy himself.  The railroad industry immediately took notice of the cup, and modified the cup, using it in naval vessels, steam engines, factories and construction sites throughout the United States and beyond.

McCoy went on to invent and patent more than 50 inventions, and also established his own company, the Elijah McCoy Manufacturing Company, in 1920. His work with the lubricator cup became so famous that manufacturers would ask for McCoy’s design above all other imitations, creating the phrase “the real McCoy” to mean authenticity and superior quality.

If you’ve ever taken a train (perhaps the VIA train on the way to your Summer Work Student Exchange!), and you’ve enjoyed the smooth but quick ride to your destination, then you’ve benefited from the “Real McCoy”—and the life and work of one of Canada’s greatest contributions to the international transportation industry.

McCoy's patent for the lubrication cup, 1872/Le brevet par McCoy pour la couvette d'egouttage, 1872. Source: Wikipedia. (http://en.wikipedia.org/wiki/Elijah_McCoy)

McCoy’s patent for the lubrication cup, 1872/Le brevet par McCoy pour la couvette d’egouttage, 1872. Source: Wikipedia. (http://en.wikipedia.org/wiki/Elijah_McCoy)

En cette fin du Mois de l’histoire des Noirs, où nous réfléchissons sur les contributions des Canadiens de race noire à la société canadienne, cette semaine nous reconnaissons les talents du  « véritable McCoy » : inventeur, ingénieur et pionnier du transport, Elijah McCoy.

Né de parents américains affranchis de l’esclavage (s’étant enfuis vers le Canada via le fameux « Chemin de fer clandestin ») à Colchester, en Ontario, le 2 mai 1843, McCoy aimait découvrir comment les choses fonctionnaient. Il aimait démonter les choses, puis les rassembler à nouveau comme un casse-tête. Ses parents ont remarqué ses talents et l’ont envoyé en Écosse à l’âge de 15 ans pour faire des études supérieures en génie. Armé de ces connaissances, McCoy est retourné aux États -Unis rêvant de devenir ingénieur mécanicien.

Malgré sa formation universitaire, McCoy ne pouvait pas travailler comme ingénieur en raison de barrières raciales : par conséquent, il a été forcé de travailler à la Michigan Central Railroad en qualité de pompier et graisseur. Toutefois, ces circonstances se sont révélées une bonne chose après tout, car son travail dans ce milieu lui a permis de constater un grand besoin dans l’industrie du transport. Selon Historica Canada,  « À cette époque, il commença à se préoccuper sérieusement des blessures et des décès qui survenaient lorsque des travailleurs tentaient de lubrifier des machines en marche. Bon nombre de ces travailleurs étaient de jeunes garçons noirs qu’on affectait à ces postes en raison de leur petite taille et de leur agilité ».

Après de nombreux dessins et prototypes, McCoy a breveté la cuvette d’égouttage en 1872, qui a permis de faciliter la mise en marche de la locomotive à vapeur, et de réduire les risques pour ceux qui ravitaillaient en carburant les trains, tout comme McCoy lui-même. L’industrie des chemins de fer a immédiatement pris note de la cuvette en la modifiant pour s’en servir avec les navires, les machines à vapeur, les usines et les chantiers de construction à l’échelle des États-Unis et du monde entier.

McCoy a conçu plus de 50 brevets d’invention et a fondé sa propre compagnie, The Elijah McCoy Manufacturing Company, en 1920. Sa conception de la cuvette d’égouttage est devenue si célèbre que les fabricants préféraient le modèle McCoy avant toute autre imitation. Et de là est né l’expression anglaise « real McCoy », un gage d’authenticité et de qualité supérieure.

Si vous avez déjà pris le train–peut-être le train VIA en route vers votre échange!—et avez apprécié un voyage rapide et en douceur, vous avez tiré avantage du « Real McCoy », ainsi que de la vie et de l’œuvre de l’une des plus grandes contributions du Canada à l’industrie du transport international.


Leave a comment

Community in focus: Langley, BC

Through the YMCA’s Youth Exchanges and Summer Work Student Exchange programs, Canadian youth have the opportunity of visiting some very cool, sometimes little known places across the country!

Today, we want to tell you a bit about Langley, BC!

The city of Langley is a lively spot which still retains its historical charm. Built on and around a number of natural resources — most notably the Nicomekl River — the city streets often come to an abrupt halt as they reach the water, continuing on the other side without a connecting bridge. One of the easiest ways to get to Langley is by taking the Fraser Highway, but this major roadway narrows down to a single-lane road in Langley’s downtown. Langley residents often nickname this stretch “The One-Way.” In the summer, Douglas Park is a main spot for fun and entertainment, and this is where the annual Arts Alive Festival takes place each August.

À travers les programmes Échanges Jeunesse Canada et Emplois d’Été Échanges Étudiants du YMCA, des centaines de jeunes canadiens ont la chance de visiter différentes communautés à travers le Canada.

Aujourd’hui, nous voulons vous parler de Langley, en Colombie Britannique!

La ville de Langley est un endroit animé, qui maintient un charme historique. La ville est entourée de verdure et de ressources naturelles, notamment la rivière Nicomelk. D’ailleurs, les rues de Langley ont tendance à terminer abruptement à la rivière, et à recommencer de l’autre côté, sans qu’il y ait un pont pour relier les deux moitiés! La meilleure façon de se rendre à Langley est de prendre l’autoroute Fraser, mais cette grande artère devient simplement une rue à double sens au centre-ville, que les résidents de Langley surnomment souvent la “One-Way”. Durant l’été, le Park Douglas est l’endroit idéal pour pratiquer un sport ou assister à un concert, et c’est où se déroule le festival Arts Alive au mois d’août.unnamed