YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.

Hero Of History: Bill Reid|Un héro de l’histoire : Bill Reid

Leave a comment

Bill Reid.

Bill Reid, with his sculpture “The Raven and the First Men”.| Bill Reid, avec sa sculpture “The Raven and the First Men”. (Source: The Raven’s Call/l’Appel du Corbeil)

Si vous êtes déjà allé au Musée canadien de l’histoire, à Hull au Québec, vous avez probablement remarqué ceci : une sculpture, à la fois étrange et remarquable, d’un bateau rempli d’un tas de personnages bizarres ayant l’air d’avoir navigué d’un endroit lointain et surnaturel. « L’esprit de Haïda Gwaii » ou « La pirogue noire » sont les œuvres de Bill Reid, artiste et joailler célèbre et bien aimé,  auxquelles les Canadiens sont généralement initiés. De plus il est connu pour avoir joué un rôle dans la renaissance de l’esprit et de la culture haïda en Colombie-Britannique. Mais qui était Bill Reid au juste?

Bill Reid est né en 1920, à Victoria en Colombie-Britannique, d’une mère haïda et d’un père américain (de descendance européenne). Il a vécu son enfance dans plusieurs endroits et, ayant grandi dans des communautés blanches, il ignorait donc tout de sa descendance haïda, tout comme sa mère qui avait été forcée de fréquenter un pensionnat autochtone. Il ne s’est jamais perçu comme étant autochtone malgré qu’il ait toujours été en contact avec la famille du côté maternel.

Reid a vite découvert qu’il faisait partie d’une lignée de talentueux artistes. Son grand-père, Charles Gladstone, était un expert en construction de bateaux et joailler. Charles Edenshaw, son arrière-grand-père était un grand sculpteur et joailler haïda. Aussi, à partir de 1962 jusqu’à sa mort en 1998, Bill Reid se consacra à l’art haïda et à la restauration de mats totémiques, ainsi qu’à de nombreux autres projets. À  travers son art, Reid,  tout en dévoilant l’histoire des Haïdas, fut amené à découvrir sa propre descendance et son histoire de famille.

Des anthropologues et historiens d’art ont décrit Bill Reid comme une sorte de « pont »  entre la nouvelle génération d’artistes de la côte du Nord-Ouest et les anciens maitres haïdas, ou comme « un porteur de changement » ou encore comme « un courtier culturel ». La prochaine fois que vous verrez « L’esprit de Haïda Gwaii », portez bien attention, peut-être apercevrez-vous Reid lui-même, soit le Corbeau (l’emblème de sa famille) qui fait en sorte que les choses se produisent par hasard. Le travail de Reid par contre ne provient pas du hasard, il est admirablement sculpté dans notre histoire.

haida-gwaii

The Spirit of Haida Gwaii, one of Reid’s most famous sculptures| “The Spirit of Haida Gwaii, une des sculptures la plus fameuse de Bill Reid. (Source: The Raven’s Call| l’Appel du Corbeil)

If you’ve ever been to the Museum of Civilization in Hull, Quebec, you’ve probably seen it: a strange, yet beautiful sculpture of a boat inhabited with a strange bunch of characters, looking as if they sailed in from a distant, supernatural place. The Spirit of Haida Gwaii, or The Black Canoe, is how many Canadians are introduced to the art of Bill Reid, famed and loved artist and jewelry maker.  More so, he is known for bringing the spirit and culture of the Haida tribe in British Colombia to the forefront of Canadian history and art. But just who was Bill Reid?

Bill Reid was born to a Haida mother and an American (of European heritage) father in Victoria, British Columbia in 1920. Moving quite a bit during his childhood, Reid grew up in White communities, never learning about his Haida heritage, much like his mother, who had been forced to attend a residential school. He had always been in contact with his mother’s side of the family, yet never thought of himself as Native.

Reid soon discovered he was part of a family line of expertly skilled artists. His grandfather, Charles Gladstone, was an expert boat builder and jewelry maker; Charles Edenshaw, a famous Haida carver and jewelry maker, was his great-grandfather. He began to work on Haida art and totem pole restoration—among many other projects—from 1962 until his death in 1998. Through his art, Reid discovered his own heritage and family history while uncovering the past of the Haida.

Anthropologists and art historians have described Bill Reid as a “bridge” between the new generation of Northwest Coast artists and the Haida masters of the past, or as a bringer of change, or as a “culture broker”.  The next time you see “Spirit of Haida Gwaii”, take a closer look—you just might see a glimpse of Reid himself as the Raven (his family’s crest), who makes things happen by accident. Reid’s work is no accident—it’s carved beautifully into our history.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s