YMCA EXCHANGES

connect . exchange . discover.|créez des liens. échangez. découvrez.


Leave a comment

La diversité et le nouvel an | Diversity and the new year

Ce mois-ci, nous n’avons qu’un mot à la bouche: nouveauté. Pourquoi? Ben, parce qu’entrer dans une nouvelle année signifie un changement (même si c’est juste changer le dernier chiffre de 2014, pour mettre 2015 mdr); cela signifie aussi une opportunité pour de nouvelles expériences.

Fait intéressant, la diversité aussi apporte des changements et de nouvelles expériences dans nos vies. Ainsi, plutôt que d’attendre toute une année avant de n’avoir que le mot «nouveauté» dans la bouche, pourquoi ne pas laisser la diversité être l’élément clé, la «nouveauté» dans nos vie, enfin de l’épouser toute l’année?

Laissez nous vous en dire autant: il n’y a pas de meilleur moment pour observer et épouser la diversité dans notre pays que pendant les fêtes de fin d’année. Le réveillon du jour de l’an est déjà passé, mais il est toujours facile de repérer, dans les maisons de nos voisins, amis ou même familles, des traces des coutumes du Nouvel An.

Avoir des traditions différentes signifie que nous venons de différents horizons, nous faisons partis de communautés différentes, nous parlons des langues différentes; ca peut même signifier que nous mangeons différents aliments! Saviez-vous que la plupart des Canadiens (ou leurs parents ou grands-parents) viennent d’ailleurs? Nous sommes une nation d’immigrants; en fait, dans un sens nous avons déjà épousé la diversité!

Donc, si vous n’avez encore jamais fêté une célébration avec un(e) ami(e) et sa famille, il est temps d’essayer! C’est garanti : sa famille fera certaines choses différemment de la vôtre! Cette expérience vous donnera une petite idée de la richesse de la culture Canadienne.

Astuce de pro: faites-vous inviter chez un(e) ami(e) dès la prochaine fête! La prochaine c’est le Nouvel An Chinois, en Février. En attendant le mois prochain, cliquer sur ce lien, pour voir comment le réveillon du nouvel an a été célébré  travers le monde (un plus—toutes ces nationalités sont représentées dans notre cher pays!).

Ta famille a-t-elle des traditions proches de celles sur le lien ? Comment as-tu célébré le réveillon? Nous aimerions vraiment savoir!!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

This month, we’re all about ‘newness’ because entering a new year means change (even if it’s only changing the last digit of 2014 to 2015 lol); it also means an opportunity for new experiences.

Interestingly, diversity also brings change and new experiences into our lives. So rather than wait a whole other year before we can experience ‘newness’ all over again, why don’t we just let diversity be the ‘newness’ factor in our lives and embrace it all year long?

We will tell you this much: there is no better time to observe and embrace the diversity in our country than during the holiday season. New Year’s Eve may have already passed, but it’s still easy to spot, in the homes of our neighbours, friends or even family members, the traces of their New Year’s Eve traditions.

Different traditions mean different backgrounds, communities, values, languages and even types of food! Did you know that most Canadians (or their parents or grandparents) come from elsewhere? We are a nation of immigrants; in one way or another, we’re already embracing diversity!

So if you have yet to spend a holiday with a friend and their family, do it! It’s guaranteed that they will do some things differently than you and your family! This will definitely give you an idea as to how culture rich Canada really is.

Pro tip: get one of your friends to invite you over the next time they celebrate a holiday! The next big one is the Chinese New Year. But until then, check out the info-graphic below, to see how people from different countries (all represented in our big country) celebrated New Year’s Eve.

Did your family do any of the following? How did your family ring in the new year? We’d love to know!!!

How did different communities celebrate New Year's Eve?

How do different countries celebrate New Year’s Eve?


Leave a comment

Communities in Focus: Africville | Une communauté sous la loupe: Africville

NSARM200715071

Young people pick blueberries in Africville, 1965 | Des jeunes cueillent des bleuets a Africville, 1965. Source: Bob Brooks, “Gone but Never Forgotten: Bob Brook’s Photographic Portrait of Africville in the 1960s”. http://www.novascotia.ca/nsarm/virtual/africville/archives.asp?ID=29

Quebec City. St. John’s. Sherbrooke. York. Halifax. Africville.

What do these cities and towns have in common?

All of these cities are Canadian cities that were established during Canada’s growth, some as early as the beginning of the 17th century. One of them, however, is no longer in existence. If you guessed Africville, you’re right.

What was Africville, and why does it matter to Canadians?

5614d795b040f6fb2693d300a16ebd19

Map of Africville|Carte d’Africville, circa 1800.

Africville was a community of former slaves (Black Loyalists) who settled near the Bedford Basin in Halifax after the War of 1812, when some 2000 American slaves sailed to Nova Scotia on naval and chartered ships.  Though they were not the first settlers of the area, they integrated with the indigenous peoples and escaped slaves to create a close-knit community known at the time as the Campbell Road Settlement. The name “Africville” was only used from the 1900s onwards, and that the name referred to all of the people of colour who lived in the area, rather than only the Black residents.

Though the community had been established for quite some time and was self-sufficient, it was consistently mistreated by the city of Halifax.  Because of racism, many residents in the area were living in poverty (though many were working as domestic servants or seamen), and the city did not provide proper roads, health services or electricity.  The city had also placed its least desirable buildings and sites around Africville—including the city’s garbage dump.  Despite this, the community ensured that life went on as normal as possible. The Seaview African United Baptist Church was the hub of social activity in Africville; weddings, funerals, Sunday picnics in the summer, and youth organizations would all gather there. Other black communities in Halifax would often choose Africville as their preferred place to get together.

800px-AfricvilleChurchNovaScotiaCanada

Africville Church, a replica of the original Seaview Baptist Church, built as part of the Africville Apology in 2010. | L’eglise d’Africville, une replique de l’eglise baptiste de Seaview, construit grace a l’Excuse d’Africville. Source: Wikipedia.

In the 1960s, the expanding City of Halifax wanted to move Africville residents to city housing as the area had been recently designated a slum (despite the government’s own role in making it so).  Through a series of deliberations and resolutions (without consulting Africville’s residents, some of whom owned property), the City decided in 1964 that Africville was to be demolished and its residents moved to housing provided by the city.    Relocation took place between 1964 and 1967, with the city using its dump trucks to transport Africville residents to their new homes—an image that many residents never forgot as it solidified the way they were seen in Halifax. The last house was demolished in 1970.

Today, Seaview Park, and a part of the McKay bridge are present in the Africville area today; it was declared a National Historic Site in 2002.  The city of Halifax issued the Africville Apology in February 2010 (at a ceremony held at the Gottingen Street YMCA) to those who were evicted from the area.

Africville matters to Canadians because it is a part of Canada’s story.  Though Africville may no longer be a community of houses, a school and a church, it has been the priority of Africville’s descendants to keep its memory in the communities of all Canadians.

NSARM200715100

Québec, Saint-Jean (T.-N.), Sherbrooke, York, Halifax, Africville.

Qu’est-ce que ces villes ont en commun ?

Toutes ces villes sont des villes canadiennes qui ont été établies au cours de l’histoire du Canada, certaines remontant même au début du 17e siècle. L’une d’elles, cependant, n’existe plus. Si vous avez deviné Africville, vous avez raison.

Où Africville était-elle située et pourquoi est-elle importante aux yeux des Canadiens?

Africville était une communauté d’anciens esclaves (loyalistes noirs) qui s’était installée près du bassin de Bedford, à Halifax, après la guerre de 1812, alors que 2 000 esclaves américains ont mis le cap vers la Nouvelle-Écosse sur des navires militaires et affrétés. Bien qu’ils ne fussent pas les premiers colons de la région, ils se sont intégrés aux peuples autochtones et aux esclaves en fuite en vue de créer une communauté très unie, connue à l’époque sous le nom de «Campbell Road Settlement». Le nom « Africville » a été utilisé à partir des années 1900, ce nom faisant référence à tous les gens de couleur qui vivaient dans la région, plutôt qu’à seulement les résidents de race noire.

NSARM200715066Même si cette communauté avait été établie il y a fort longtemps et était auto-suffisante, elle a été constamment maltraitée par les autorités municipales de Halifax. En raison du racisme, de nombreux habitants de la région vivaient dans la pauvreté (bien que beaucoup travaillaient comme domestiques ou marins), et la Ville ne leur donnait pas accès à des routes convenables, à des services de santé ou à l’électricité. La Ville a également aménagé ses bâtiments et sites indésirables autour d’Africville – y compris son dépotoir municipal. Malgré tout, la communauté s’est assurée que les gens puissent vivre une vie aussi normale que possible. L’église baptiste unie africaine de Seaview était la plaque tournante de l’activité sociale à Africville, où s’entremêlaient mariages, obsèques, pique-niques du dimanche pendant l’été et rassemblements d’organismes jeunesse. D’autres communautés noires de Halifax optaient souvent pour Africville à titre d’endroit de prédilection pour se réunir.

Dans les années 60, les autorités municipales de Halifax ont voulu déplacer les résidents d’Africville vers des logements municipaux étant donné que le secteur avait récemment été désigné comme un quartier défavorisé (bien qu’elles aient joué un rôle important dans cette désignation). Après de nombreuses délibérations et résolutions (sans consulter les habitants d’Africville, dont certains propriétaires), la Ville a décidé en 1964 qu’Africville devait être démolie et ses résidents déplacés vers des logements fournis par la Ville. La relocalisation a eu lieu entre 1964 et 1967, la Ville utilisant ses camions à benne pour transporter les résidents d’Africville à leurs nouveaux logements – une image que bon nombre de ceux-ci n’ont jamais oubliée, car elle a consolidé la façon dont ils étaient perçus à Halifax. La dernière maison a été démolie en 1970.

450px-Africville_and_bridgeAujourd’hui, le parc Seaview et une partie du pont McKay sont érigés sur le territoire qu’occupait jadis Africville. Cet endroit a été déclaré site historique national en 2002. La ville de Halifax s’est excusée auprès des personnes qui ont été évincées d’Africville en février 2010 (lors d’une cérémonie qui s’est tenue au YMCA de la rue Gottingen).

Africville est importante aux yeux des Canadiens parce qu’elle constitue une partie de l’histoire du Canada. Bien Africville ne soit plus une communauté concrète dotée de maisons, d’une école et d’une église, il est essentiel que les descendants de ses habitants fassent en sorte qu’elle demeure dans la mémoire dans toutes les communautés canadiennes.


Leave a comment

Origins of Thanksgiving | Origine de l’Action de grâce

Image

Did you know that though we celebrate Thanksgiving because of the harvest, the first Canadian Thanksgiving is traced back to 1578 with explorer Martin Frobisher? Frobisher, an English seaman, had been trying to find a northern passage to the Pacific Ocean. He celebrated in Baffin Island (now Nunavut) for surviving the storms and icebergs.

Canadian Thanksgiving origins of what we celebrate now are often traced back to French settlers who came in the early 17th century with Samuel de Champlain. The French had feasts at the end of the harvest season and continued the feasting into the winter. As more and more settlers arrived in Canada, each group of immigrants added their own harvest traditions. Turkeys were added to the celebration when the United Empire Loyalists began to leave the United States during the American Revolution in the 18th century and settled in Canada. 

Thanksgiving is now a statutory holiday in most places in Canada, with the exception of the Atlantic Provinces.

—–

Saviez-vous que bien que nous fêtions l’Action de grâce en raison de la récolte, la première Action de grâce canadienne remonte en 1578 avec l’explorateur Martin Frobisher? Frobisher, un marin anglais, tentait de trouver un passage vers l’océan Pacifique en passant par le nord. Sur l’île de Baffin (maintenant le Nunavut), il a célébré le fait d’avoir survécu aux orages et aux icebergs.

On estime souvent que les origines de l’Action de grâce canadienne telle que nous la célébrons maintenant remontent aux pionniers français qui ont débarqué au début du XVIIe siècle avec Samuel de Champlain. Les Français participaient à des fêtes à la fin de la saison des moissons qui se poursuivaient tout au long de l’hiver. Au fur et à mesure que d’autres pionniers arrivèrent au Canada, chaque groupe d’immigrants ajoutait ses propres traditions de récolte. Les dindes ont été ajoutées aux célébrations lorsque les Loyalistes de l’Empire-Uni ont commencé à quitter les États-Unis lors de la Révolution américaine au XVIIIe siècle et se sont installés au Canada.

L’Action de grâce est maintenant un jour férié dans la majorité du Canada, à l’exception des provinces de l’Atlantique.


1 Comment

Rachel’s super sweet Summer Work Student Exchange with the YMCA! | L’échange super cool de Rachel avec le programme Emplois d’été Échanges Étudiants du YMCA!

Image

Hi everyone! My name is Rachel Wong and I participated in the 2013 Summer Work Student Exchange with the YMCA.  At the beginning of the summer I felt that 6 weeks would have been an incredibly difficult time to spend away from home, but by the time I was getting on the train with my new friends to come home, I wanted to turn back the clock and do it all over again. It was such a privilege to go to Quebec to learn French by working with other Quebecois people, living with a host family who took care of me like their own daughter and do so many  new and exciting activities with new friends from all over Canada. It truly was an enriching experience, both culturally and educationally.

Image

There were so many enjoyable and memorable moments on this trip, but the group activities were the icing on the cake. How many teenagers can say that they paid $75 to learn French in Quebec and do cool stuff like zip-lining, rafting, overnight camping, having dinner in a pitch black restaurant, spending the day at a waterpark and a Six Flags amusement park, watch Cirque du Soleil, go on a dance cruise or take a train across Canada, all in the same summer? Every activity that the YMCA had chosen for us to do was incredibly fun and I have memories that will last me a lifetime. There are so many funny stories that I have gathered to tell from these activities that my sister now will roll her eyes and automatically say, “Here she goes again!”

Image

While it was not all fun and games, the ultimate goal of the program was to gain an appreciation for the diversity of Canadian culture and learn French. As time went on, it was a shock to me how different the French in Quebec was as opposed to what I learned in French class at school. There are a lot of colloquialisms and slang terms, and sometimes even English is thrown in every once in a while! (The shock!) I had learned a lot in my 6 weeks, and I feel that now my ability to communicate with Francophones has increased a bit, and the fluidity of my speech is a lot better than it was 2 months ago.

I feel that it would be an understatement to say that this was the summer of a lifetime. I learned so many new things about the Quebecois culture, made new friends and tried new things. Most of all, I discovered that I was capable of a lot more than I originally thought, and that going away from home is not all that bad!

Image

Once I got back I told my sisters that they both had to go on the trip, as well as any friends that I have (or that my sisters have) that are younger than me. I encourage anyone who will be 16 or 17 years old next summer to definitely consider applying in hopes of getting into the program. When I applied in December of 2012, I had no idea what to expect because I had been told by a friend who went the previous summer that the competition is high. As it turned out, I applied extremely early and that was a contributing factor! My biggest piece of advice is to definitely stay on top of the application process and check the YMCA website often to make sure that you are not missing any important paperwork or documents.  The feeling of getting accepted into this program was just incredible, and in retrospect, I am not sure why I felt apprehensive about the whole thing in the first place. It is the experience of a lifetime and if you get the opportunity to go, do it! You will not regret a single thing, I promise you!

Image

For more, check out Rachel’s time in Montreal on her blog.

—–

Bonjour à tous! Je m’appelle Rachel Wong et j’ai participé au programme Emplois d’été Échanges étudiants de 2013 avec le YMCA. Au début de l’été, j’ai pensé que 6 semaines seraient une période extrêmement difficile à passer loin de chez moi, mais dès que je suis montée dans le train avec mes nouveaux amis pour rentrer chez moi, je voulais remonter le temps et tout recommencer depuis le début. J’ai eu le privilège d’aller au Québec pour apprendre le français en travaillant avec d’autres Québécois, de vivre avec une famille d’accueil qui s’est occupée de moi comme si j’étais leur propre fille et de faire d’innombrables activités excitantes avec de nouveaux amis venus de tout le Canada. C’était une expérience véritablement enrichissante d’un point de vue culturel et éducatif.

Durant ce voyage, j’ai passé de nombreux moments agréables et mémorables, et les activités en groupe étaient la cerise sur le gâteau. Combien d’adolescents peuvent se vanter d’avoir payé 75 $ pour apprendre le français au Québec et d’avoir fait des activités géniales comme faire de la tyrolienne, du rafting, du camping nocturne, souper dans un restaurant entièrement dans le noir, passer une journée dans un parc aquatique et un parc d’attractions Six Flags, participer à une représentation du Cirque du Soleil, faire une croisière dansante ou parcourir le Canada en train, et tout ça, au cours d’un seul été? Chaque activité que le YMCA a choisie pour nous était tellement incroyable et restera à jamais dans ma mémoire. J’ai tellement d’histoires marrantes à raconter sur ces activités que ma sœur lève maintenant les yeux au ciel et dit automatiquement : « Et c’est reparti! ».

Il ne s’agissait pas uniquement d’amusement et de jeux. L’objectif ultime de cette expérience était de découvrir et d’apprécier la diversité de la culture canadienne et d’apprendre le français. Plus le temps passait et plus je me rendais compte que le français du Québec était totalement différent du français que j’ai appris à l’école. Il existe beaucoup de termes familiers et d’argot, et on ajoute même des termes anglais de temps en temps! (Quel choc!) J’en ai appris beaucoup durant ces 6 semaines et j’ai l’impression que je peux maintenant un peu mieux communiquer avec des francophones, et je parle maintenant bien plus couramment qu’il y a 2 mois.

Ce serait un euphémisme que de dire que c’était le meilleur été de ma vie. J’ai appris tellement de nouvelles choses sur la culture québécoise, je me suis fait de nouveaux amis et j’ai essayé de nouvelles choses. Et surtout, j’ai découvert que j’étais capable de faire bien plus de choses que je le pensais et que partir de chez soi n’est pas si mal après tout!

Lorsque je suis rentrée, j’ai dit à mes sœurs qu’elles devaient faire ce voyage, ainsi qu’à tous mes amis (ou à tous les amis de mes sœurs) plus jeunes que moi. J’encourage toutes les personnes qui auront 16 ou 17 ans l’été prochain d’envisager de soumettre leur candidature pour avoir la chance de participer au programme. Lorsque j’ai soumis ma candidature en décembre 2012, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, car un de mes amis qui y avait déjà participé l’été précédent m’avait dit que la compétition était féroce. Finalement, j’ai soumis ma candidature très en avance et cela m’a beaucoup aidé! Je vous conseille vivement de suivre de près le processus de candidature et de consulter souvent le site Web du YMCA pour veiller à n’oublier aucun papier ou document important. J’ai ressenti quelque chose d’incroyable lorsque j’ai appris que ma candidature avait été retenue, et en y repensant, je ne sais même pas pourquoi j’appréhendais tout cela depuis le début. C’est l’expérience d’une vie et si vous avez la possibilité de la faire, allez-y! Vous ne le regretterez pas, je vous le promets!


1 Comment

How to put together a good YEC application in five easy steps! | Préparer une bonne candidature au programme Échanges Jeunesse Canada en cinq étapes faciles!

ImageImagine traveling to a different part of  Canada with a group of friends, seeing new landscapes and learning more about Canadian history. For many groups across Canada, this is a reality through the YMCA Youth Exchanges Program.

The YMCA Youth Exchanges Program arranges for groups with youth aged between 12-17 to travel and learn more about Canada with their travel expenses paid for by the Department of Canadian Heritage through Exchanges Canada. Over 200 applications are submitted each year and the Program is able to offer an exchange to about half. The deadline to submit an application Youth Exchanges Canada is quickly approaching – September 30th. Today, we show you how to put together a Youth Exchanges application that will stand out and get you traveling.

1. Make sure your exchange proposal is in line with the Youth Exchanges program objectives. A good example would be to include visiting Canadian heritage sites in your host plan or to visit cultural events so that youth can learn more about Canadian cultures.
2. Be open to your destination. Over 200 applications are submitted each cycle and sometimes it can be challenging to find the right match for your group. The more flexible  you are in your application, the more likely we will be able to make a good match.
3. Be detailed in answering the application questions. It helps our Regional Coordinators get a better understanding of what you would like to achieve in your exchange – help us,  help you!
4. Try your best to match the targets of the Youth Exchanges Program such as group size and age.
5. Be open to your destination! (Can’t say this one enough!)  The Youth Exchanges Program is designed to facilitate as many exchanges as possible. Instead of taking a plane, try proposing lower cost travel methods such as trains or buses.

Good luck with your applications and we hope to see you on an exchange sometime next year!
—–

Imaginez que vous voyagez dans une autre partie du Canada avec un groupe d’amis, que vous voyez de nouveaux paysages et que vous en apprenez davantage sur l’Histoire canadienne. Pour de nombreux groupes dans tout le Canada, ce rêve devient possible grâce au programme Échanges Jeunesse du YMCA.

Le programme Échanges Jeunesse du YMCA permet à des groupes de jeunes âgés de 12 à 17 ans de voyager et d’en apprendre davantage sur le Canada. En outre, leurs frais de voyage sont payés par le ministère du Patrimoine canadien dans le cadre du programme Échanges Canada. Plus de 200 candidatures sont soumises chaque année et le programme peut en retenir environ la moitié. La date limite de soumission d’une candidature au programme Échanges Jeunesse Canada arrive à grands pas, puisqu’il s’agit du 30 septembre. Aujourd’hui, nous vous aidons à présenter une candidature à Échanges Jeunesse qui vous permettra de vous démarquer des autres et ainsi de voyager.

1. Veillez à ce que votre proposition d’échange soit conforme aux objectifs du programme Échanges Jeunesse. Par exemple, vous pourriez inclure la visite des sites du patrimoine canadien à votre plan d’accueil ou la participation aux événements culturels afin que les jeunes puissent découvrir les cultures canadiennes.
2. Soyez ouvert quant à votre destination. Plus de 200 candidatures sont soumises à chaque cycle et, parfois, il est difficile de trouver ce qui correspond le mieux à votre groupe. Plus vous êtes flexible dans votre candidature, plus il sera facile pour nous de trouver ce qui vous correspond.
3. Soyez précis lorsque vous répondez aux questions contenues dans la demande. Cela aide nos coordonnateurs régionaux à mieux comprendre les objectifs que vous aimeriez atteindre dans le cadre de votre échange; aidez-nous à vous aider!
4. Faites votre possible pour respecter les cibles du programme Échanges Jeunesse, telles que la taille du groupe et l’âge.
5. Soyez ouvert quant à votre destination! (On ne le dira jamais assez!)  Le programme Échanges Jeunesse est conçu pour encourager le plus d’échanges possible. Au lieu de prendre l’avion, essayez de proposer des méthodes de déplacement moins chères telles que les trains ou les autobus.

Nous vous souhaitons bonne chance pour votre candidature et espérons que vous participerez à un échange l’année prochaine!